Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Voyage en Inde du Sud - été 2006
  • : Récit du voyage en Inde du Sud de Nicolas et Aurélia de mi-juin à fin août 2006
  • Contact

Catégories

Liens

20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 23:56
Jeudi 3 août (suite) :

    Notre train direction Coimbatoire est arrivé à 9h45 avec 15 minutes de retard. On était seul sur notre banquette, on a pu s’étaler. 5 heures plus tard et après m’être brûlée la bouche à cause de mon poulet au curry trop épicé, on est arrivés à Coimbatoire. On a pris un rickshaw de la gare jusqu’à la station de bus. Il y avait des dizaines de bus ! On a trouvé celui pour Mettapaluyam qui était complet. On devait aller en bus jusqu’à Mettapaluyam et prendre au matin le train miniature pour Ooty. Mais on a changé nos plans car on ne voulait pas payer un hôtel pour la nuit à Mettapaluyam puis faire le lendemain 7 heures de train même si le paysage allait être magnifique. Comme on a vu que le bus pour Mettapaluyam allait jusqu’à Ooty, on a décidé d’attendre le prochain qui passait toutes les 20 minutes et d’aller directement jusqu’à Ooty. Mais déjà les indiens qui attendaient ce bus s’étaient regroupés en file indienne et ils étaient nombreux ! Alors on s’est mis dans la file. 20 minutes plus tard, quand le bus est arrivé, on a essayé de monter à bord mais c’était trop de la folie ! On se faisait pousser de toutes parts et les gens jetaient leurs affaires par les fenêtres sans vitres pour réserver leur place. Bref, on a renoncé à monter parmi ces fous. On a attendu le suivant et on a pu accéder à deux places. On a quitté Coimbatoire à 16h10, le bus était plein.
    Le bus a grimpé la montagne pour rejoindre Ooty. Plus on montait et plus il faisait froid. Avec nos tee-shirts on avait l’air fin… Les indiens sortaient les pulls, les bonnets et les moufles !!! A 20h, le bus s’est arrêté à Ooty. On est descendus et là on s’est gelé ! Il faisait beaucoup plus froid qu’à Kumily. On a pris un rickshaw qui nous a mené jusqu’à l’hôtel « Green Valley » où l’on a eu une chambre pour 300Rs (5€).
    Udhagamandalam appelé plus familièrement (et on comprendra pourquoi) Ooty, se situe à la pointe ouest du Tamil Nadu. Fondée par les britanniques au début du XIXe siècle pour y établir la résidence d’été du gouvernement de Madras, Ooty est devenue la station climatique la plus célèbre d’Inde du Sud (avec des températures avoisinant les 0°C, on comprendra pourquoi). Selon le « Lonely Planet », jusque dans les années 1980, ses petites maisons de pierre, ses jardins fleuris, ses ruelles sinueuses et ombragées et ses eucalyptus évoquaient à la fois l’Australie et les villages du sud de l’Angleterre. Désormais, Ooty ressemble à n’importe quelle grande ville indienne surpeuplée. Elle conserve néanmoins un charme indéniable, ne serait-ce que pour la nature alentour qui offre des randonnées exceptionnelles. La vie s’y déroule paisiblement et le silence des montagnes est à ses portes. Le « Lonely Planet » nous met en garde en nous conseillant vivement de prendre des vêtements chauds : la température peut descendre la nuit jusqu’à 0°C.
    N’ayant rien avalé de la journée, je mourais de faim. On a été au resto juste à côté de l’hôtel après avoir posé nos sacs et enfilé des pulls. On a pris des noodles (pâtes chinoises). Grosse erreur… Les noodles ça rend malade et on allait en subir très vite les conséquences !
    Glacés, on est vite allés se réchauffer sous la couverture, mais ça ne suffisait pas, il faisait vraiment trop froid. Bref, j’ai trop mal dormi, complètement congelée.


Vendredi 4 août :

    On s’est levés à 9h complètement congelés.
    On le savait depuis la veille, il n’y avait pas d’eau chaude dans notre salle de bain. J’ai quand même tenté de me laver un peu avec de l’eau froide… c’est très rude… Je me suis vite habillée. J’ai enfilé mes plus chauds vêtements c’est-à-dire un pull et un pantalon long et en avant pour une journée dans le froid.
    A 10h30, on est partis chercher un endroit où prendre notre petit-déjeuner. On a rejoint le centre-ville à pied. Les indiens portaient pulls, gros blousons, bonnets, gants, en plein mois d’août ! On ne se croyait pas du tout en Inde, mais dans une station de sport d’hiver. Il y avait quand même des fous pieds nus, en sari (vêtement traditionnel indien porté par les femmes constitué d’une seule pièce de tissu que l’on drape autour du corps) ou en tee-shirt. On a parcouru plus de 2km à pied pour tomber sur le « Sidewalk Café ». Nico a pris une salade de fruits monstrueuse avec trois boules de glace et un thé, et j’ai pris un brownie au chocolat avec sauce au chocolat et glace et un thé. On a déboursé 200Rs (3,3€) pour ce bon petit-déjeuner.
    On a ensuite fait quelques emplettes dans une superette.
    Cette station climatique ressemblait vraiment à une station de sport d’hiver comme on en trouve en France, mais là elle était vraiment très moche sans grand intérêt. Je ne sais pas pourquoi les indiens ont font tout un flan de cette station…
    On a marché sous la pluie fine jusqu’à l’Eglise St Stephan. Cette église a été érigée en 1829. On l’a visité.
    On est rentré à l’hôtel en rickshaw. Dès notre arrivée à la chambre, j’ai été prise de diarrhée et je me suis sentie mal. J’étais super crevée et je n’avais pas du tout faim. On est restés à la chambre sans manger et j’ai essayé de dormir un peu sous les couvertures où je n’arrivais pas à me réchauffer.
    Nico qui ne supportait pas cette ville depuis notre descente du bus et qui n’avait qu’une envie celle de partir de cette endroit, a eu l’envie d’aller faire du pédalo sur le lac que l’on voyait de notre fenêtre. A 16h30, étant un peu plus en forme mais pas tout à fait, on est partis en direction du lac. On était persuadé qu’on serait seul sur le lac sur notre pédalo et bien on a eu tout faux ! Ce lac était un véritable parc d’attraction et des bus entiers déversaient des indiens venant de toute part pour profiter des manèges et des activités nautiques : pédalos, bateaux à rames, promenade à cheval, auto-tomponneuses, bateau pirate, manèges à sensations forte, etc. On a payé l’entrée du parc 10Rs (0,15€) et on a pris nos tickets pour le pédalo à 60Rs (1€). On a parcouru le lac sur le pédalo de 17h à 17h40. C’était sympa. Il y avait même des daims dans un enclos au bord de l’eau au bout du lac.

undefined
undefined

    Ensuite, on a été au Thread Garden (30Rs). Sous un chapiteau était reproduit tout un jardin de fleurs faites de fils de couleurs cousues à la main. Pas terrible, terrible.
    Voilà, on avait fait le tour d’Ooty, ville moche où il fait super froid et pas intéressante du tout. Notre départ était prévu pour le lendemain.
    Comme on n’avait pas mangé depuis le petit-déjeuner, on cherchait un resto près du lac lorsque j’ai eu une grosse envie de trouver des toilettes au plus vite. On s’est pressés de retourner à la chambre. Je n’ai pas bougé des toilettes durant un petit moment.
    Enfin, on a été au resto à côté de l’hôtel, mais je ne me sentais pas du tout bien. On a pris du chicken fried rice (poulet avec du riz frit) et Nico a pris aussi un chicken 65 (poulet très épicé). J’ai mangé quelques bouchées et je suis vite rentrée à la chambre vomir… Il était 19h10 et j’étais dans un état pitoyable, en train de rendre dans les toilettes. Je me suis couchée sous les couvertures et je n’ai plus bougé en attendant Nico. 20 minutes plus tard, Nico m’a rejoint. Il avait fini tous les plats. J’étais au plus mal, complètement frigorifiée sous la couverture enveloppée dans mon pull. Je me suis endormie à 20h30 et j’ai passé une nuit horrible : j’avais froid, puis chaud, j’ai fait des allers-retours aux toilettes à me vider de tous côtés, j’avais mal aux muscles et à la tête. Nico a mal dormi car je tournais dans tous les sens. Désolé…


Samedi 5 août :

    Je me suis levée à 10h. Nico, levé depuis un bon moment, avait déjà fini de préparer son sac. J’allais un peu mieux mais j’avais super faim. J’ai fait mon sac et on a quitté l’hôtel à 11h. On a été prendre un petit-déjeuner copieux au restaurant d’à côté. J’ai pris des toasts avec beurre et confiture, corn-flakes avec du lait et un chocolat chaud. Nico a pris des œufs bouillis et un thé. Un bon petit-dej à 100Rs (1,6€).
    On a rejoint à pied la station de bus. On voulait prendre le bus pour Mysore, mais on ne comprenait rien aux horaires du bus. On a attendu le bus de 11h40 à 12h30. A 12h30, le bus est arrivé. C’était un beau bus et par conséquent le prix était bien plus élevé que dans un bus ordinaire, on a payé 218Rs (3,6€). A 13h, le bus pour Mysore est parti d’Ooty. Adieu Ooty !
    Le prix du trajet comprenait inévitablement le confort de transport : les sièges étaient hyper confortables. C’était si confortable que j’ai dormi les deux premières heures, durant la descente de la montagne.
    On est passés à côté d’une forêt d’arbres gigantesques et extrêmement fins, j’ai trouvé ça très impressionnant.
    Sur la route on a croisé des singes. Puis, en passant par le parc national de Mudumalai on a vu un éléphanteau blessé qui se faisait aider par des militaires. Puis, en traversant le parc naturel de Bandipur, on a vu un éléphant traverser la route devant le bus, on a vu également des biches, des cerfs tâchetés, des sambars (une espèce de cerf) et des sangliers. J’étais toute contente de voir tous ces animaux et surtout de voir des éléphants car j’en suis fan. Nico avait refusé qu’on aille au parc de Madumalai à cause du froid et sous prétexte qu’on ne verra aucun animal, et moi je le bassinais à insister pour y aller. Au final, on a eu la visite de deux parcs et on a vu quelques animaux tout ça en étant confortablement installés bien au chaud dans le bus. On était tous les deux gagnants.

    Un éléphant de dos :
undefined
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 17:56
Mardi 25 juillet :

    On s’est levés vers 9h30 car on avait un bus à prendre pour rejoindre Kumily, notre prochaine étape.
    En prenant l’ascenseur, ce n’était pas le petit garçon qui nous a fait descendre, mais le vieil homme qui relayait le petit garçon.
    A 10h30, on est allé petit-déjeuner au « Jayaram Fast Foods ». On a pris une omelette au fromage avec trois tonnes de fromage, c’était un peu écoeurant. J’ai pris un milk-shake à la vanille avec de la glace à la vanille à l’intérieur.
    On est revenus à l’hôtel pour prendre nos sacs. On est montés avec l’ascenseur avec le vieil homme à l’intérieur. Puis, on est descendus par les escaliers parce que l’ascenseur n’arrivait pas, il était bloqué en haut. Et là, on a croisé le petit garçon de l’ascenseur qui était en train de briquer les marches.
    On a pris un rickshaw qui pour 40Rs (0,6€) nous a amené à la gare routière d’Arapalayam qui était bien plus loin que la gare ferroviaire depuis l’hôtel.
    Cette gare routière était très crade. Il y avait des centaines de mouches partout. On s’est posés par terre dans un endroit qui paraissait propre en attendant le bus. Devant nous, contre un pilier, un homme était assis. Ses pieds nus étaient tout gonflés (j’avais jamais vu des pieds aussi gonflés !) avec des plaies ouvertes où le sang avait séché et des mouches volaient au-dessus et venaient se poser dessus… Charmant…

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 16:53
Lundi 24 juillet :

    Ce jour-là, ce fut visite de Madurai.
    Vers 10h, on est allés prendre un petit-déjeuner dans un resto végétarien. On a pris des dosas et un jus d’ananas. Bon, les dosas au petit-déj, j’aime moyen… Mais cette fois-ci, j’ai préféré laisser ma part entamée que de me forcer à tout finir à en être malade.
    Ensuite, on est allés visiter le temple Sri Meenakshi juste à côté du restaurant. Le temple Sri Meenakshi situé au cœur de la vieille ville offre un spécimen particulièrement exubérant d’architecture dravidienne avec ses douze gopurams de 50 mètres de haut recouverts d’une profusion de représentations colorées de divinités, d’animaux et de personnages sacrés. En ébullition de l’aube au crépuscule, il draine en permanence des foules considérables : quelques 10 000 visiteurs y pénètrent chaque jour.
    Comme pour tous les temples, nous n’avions pas le droit de le visiter en chaussures, il fallait laisser les chaussures à l’entrée contre quelques roupies. Etant en tongs, on a préféré les mettre dans notre sac et ne pas payer leur garde. L’entrée, elle, était gratuite.
    On a passé le premier gopuram pieds nus. Ces gopurams colorés et sculptés de mille personnages et divinités sont vraiment magnifiques. On dirait qu’il y a de la vie sur ces gopurams, un vrai village de liliputiens. La couleur donne de la vie aux sculptures. Lorsque les gopurams ne sont pas peints, ça ne fait pas ressortir les sculptures.
    Ce premier gopuram fait partie avec trois autres des parois extérieures du temple. Ils donnent sur un temple intérieur formé aussi de quatre gopurams.
    Une maquette du temple :
IMG-2479.jpg

    A l’intérieur du temple, un grand bassin exposé au soleil se trouve au centre. Des arcades entourent ce bassin à l’eau verte.
IMG-2482.jpg
IMG-2484.jpg

    Le plafond du temple intérieur est peint de couleur vive.


    De ces arcades, on pouvait accéder à l’intérieur du temple qui nous emmenait dans des salles, des sanctuaires. C’est vraiment impressionnant comme ce temple est grand, un vrai labyrinthe. Il y avait énormément d’hindous, ils priaient devant les divinités.
    Dans l’un des sanctuaires, il y avait une colonne très haute toute faite d’or. Les rayons du soleil se reflétaient dessus et éclairaient un peu la salle sombre. C’était très joli ! Mais, il est interdit de la prendre en photo.
    A l’intérieur du temple se trouvait également un musée. L’entrée coûtait une roupie. On a vu des sculptures sur pierre toutes poussiéreuses et des vieux machins que l’on n’a pas regardé de plus près car c’était dans des armoires vitrées bouffées par les mites… J’aime comment les indiens prennent soin des choses… Il y avait également une reproduction du temple dans une vitrine poussiéreuse et avec des toiles d’araignées entre les gopurams miniatures et les araignées en prime… Charmant… C’était l’ancienne version de la maquette exposée à l’entrée du temple intérieur qui était en parfait état.
    En repartant, on a vu un éléphant dans le temple intérieur, il était en piteux état le pauvre…
Pour rejoindre la rue, on a dû traverser l’extérieur entre le temple intérieur et les quatre gopurams extérieur. Le soleil avait bien réchauffé le sol… Le sol était brûlant ! On se brûlait les pieds ! On a trop galéré à traverser. Enfin dans la rue nous avons pu remettre nos tongs qui paraissaient toutes moelleuses sous nos pieds brûlés.
    On est ensuite allés manger dans un restaurant non végétarien le « Divar Mahal Restaurant ». Ce restaurant paraissait sympathique avec ses aquariums de poisson à l’intérieur. Nico a pris un « fish N chips » (du poisson avec des frites) mais il en a été déçu. J’ai pris un macroni (et non macaroni) au gratin, mais j’ai été également déçu de voir les pattes flotter dans les 3 litres de crème fraîche un tantinet gratiné, alors que j’aime pas trop ça la crème fraîche alors après quelques bouchées j’était un brin écoeurée… Puis, en dessert on a pris de la glace qui était très bonne.
    Après s’être reposés quelques heures à notre chambre d’hôtel, on a pris un rickshaw qui nous a emmené au Palais de Tirumalai Nayak. L’entrée nous a coûté 50Rs chacun et 30Rs pour l’appareil photo, soit 130Rs pour tous les deux (2,1€). Ce palais indo-musulman a été construit en 1636. Il n’en reste plus grand chose… Seulement le portail, le hall principal et la salle de bal. Cet édifice laïque est considéré comme l’un des plus beaux de l’Inde du Sud. Et effectivement, même en pièce détaché c’est déjà magnifique ! En entier, ça devait être encore plus majestueux !
    Passé le grand portail, on se trouvait directement dans la salle principale. Il n’y avait plus de toit. L’herbe avait recouvert le sol. Mais les piliers blancs et colorés au sommet de jaune et de rouge représentaient bien le style musulman du palais avec ses arcs arrondis.
IMG-2497.jpg

IMG-2503.jpg
IMG-2495.jpg

    Sur le côté, se trouvait une autre salle, parfaitement bien conservée. On aurait dit une église. C’était d’un magnifique ! Des vitrines contenaient des objets anciens, des papiers ainsi que des sculptures. Très instructif.
IMG-2493.jpg

    On est repartis à pied jusqu’à notre hôtel.
    On a croisé cette grosse vache :
IMG-2504.jpg

    C'est en voyant les installations électriques que l'on comprend les nombreuses coupures électriques en Inde :  IMG-2505.jpg

    On est passés à côté de vendeurs d’épices. Les épices étaient dans de gros sacs. Il y avait une profusion d’odeurs et de couleurs, ça c’est génial ! Puis, on a tenté de rejoindre le marché de Madurai, mais le temps qu’on le trouve, l’heure avait tourné et il n’y avait plus personne, seul le sol tout sale rappelait qu’il y avait eu le marché peu de temps avant.

    Le soir, on a mangé au restaurant d’un hôtel voisin. Le restaurant se trouvait sur la terrasse de l’hôtel, au 7e étage. De là, on pouvait voir le temple éclairé. Les quatre gopurams extérieurs étaient éclairés et à 21h, tout s’est éteint.
    Quand on est rentrés à notre hôtel, on a voulu prendre l’ascenseur pour monter à notre chambre et là on a retrouvé le même petit garçon qui ouvrait la grille de l’ascenseur, appuyait sur les boutons pour faire monter ou descendre l’ascenseur et cela depuis déjà plus de douze heures ! Il était là dès notre levé, il était là à midi, il était là à notre retour le soir… Douze heures à travailler dans une cage d’ascenseur. Il était jeune. Je ne pourrais pas dire son âge, je ne le devine pas. Mais ce n’est pas une vie d’enfant ça ! Ça m’a révolté ! Mais que faire ?
  
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 16:49
Dimanche 23 juillet :

    A 17h, le train s’est arrêté à Madurai.
    Madurai est située au sud de l’état du Tamil Nadu. Elle est l’une des plus anciennes cités d’Inde du Sud, centre d’enseignement et de pèlerinage depuis des siècles.
    A pied, on a rejoint l’hôtel « TM Lodge » et on a pris une chambre pour 325Rs (5,41€) la nuit. La chambre se trouvait dans une rue super calme mais à l’extérieur côté hôtel c’était un peu plus agité mais c’était raisonnable par rapport à l’excitation de Trichy.
    Après une installation rapide de nos affaires dans la chambre, on est allés manger au « Jayaram Fast Foods » qui se trouvait à quelques rues de l’hôtel. Le restaurant qui vendait des hamburgers indiens était au-dessus d’une boulangerie que l’on pouvait voir de notre table. On a pris un chicken burger (hamburger au poulet) et un milk-shake avec une boule de glace à l’intérieur. On s’est régalés.
    Après cela, on a été dans un cyber-café puis en fin d’après-midi, on s’est un peu promenés dans la ville, la nuit commençait à tomber. Dans une rue, on a vu une vendeuse de fruits et légumes.
IMG-2475.jpg
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 23:33
Dimanche 23 juillet :

    A 10h30, on a été au restaurant de l’hôtel Mathura. Nico a pris son traditionnel puri et moi j’ai pris un american breakfast.
    A 12h, on a payé l’hôtel et l’on est partis à pied pour la gare, sacs sur le dos. Ce n’était pas bien loin et en quelques minutes à peine on était sur le quai à attendre le train qui devait arriver à 12h50 direction Madurai. A 13h40, il est enfin arrivé et l’on est partis pour Madurai.

    La route devant l'hôtel Mathura : entre taxis à gogo, rickshaws, motos, voiture et bus, on comprend le bruit... :
IMG-2427.jpg
IMG-2428.jpg
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 23:01
Samedi 22 juillet :

    On s’est levés à 9h. On est descendus au restaurant de l’hôtel. Nico a repris du puri et j’ai préféré prendre un american breakfast (petit-déjeuner américain) bien consistant et plus sûr que le petit-déjeuner indien ! Pour 55Rs (0,9€), j’ai eu droit à 4 toasts avec du beurre et de la confiture (un régal, même si ce n’est pas la meilleure confiture qui soit, c’est un petit-déjeuner bien de chez nous !), un bol de corn-flakes avec du lait, un jus d’orange et un milk tea (thé au lait). Bref, de quoi me remettre d’à plomb après la journée et nuit passée à me vider les intestins.
    Après le petit-déjeuner, on est retournés dans la chambre pour se reposer un peu et être au frais.
    A 15h, on a été dans un tout petit restaurant à côté de l’hôtel où on a pris une petite pizza chacun, un lassi pour Nico et un milk-shake pour moi.
    A 16h, on est partis en rickshaw (70Rs) pour affronter le temple Rock Fort (rien à voir avec le fromage du même nom lol). Ce temple est construit en haut d’une montagne rocheuse de 83 mètres de haut. Pour y accéder on doit grimper plus de 200 marches taillées dans la roche et bien sûr, pieds nus, sinon ça serait trop facile.
IMG-2464.jpg

    Tout en haut du temple Rock Fort, on a une vue magnifique sur toute la ville. On a pu voir au loin l’Eglise de Lourdes (pas celle de France ! Voir à 10000km serait un grand exploit) qui était vraiment jolie et dont l’architecture est inspirée de la l’Eglise française de Lourdes. C’est incroyable comme la ville vue d’en haut paraît un bidonville.
IMG-2455.jpg
IMG-2456.jpg
IMG-2459.jpg

    Sur cette photo, au fond, on voit le temple Sri Ranganathaswami que l'on avait visité la veille :
IMG-2458.jpg
IMG-2460.jpg
IMG-2461.jpg

    Au sommet de la montagne rocheuse, nous, non-hindous n’avions droit qu’à la vue splendide à admirer, la visite s’arrêtait là. Les hindous, eux, avaient le droit d’entrer dans le temple.
    On a descendu les 200 marches, mais pas facile facile de descendre ces gigantesques marches. On pourrait croire que les hindous qui ont construit ces marches étaient des géants parce que les marches faisaient la taille de mon mollet ! Bon pas tout à fait, mais presque…
    Et c’est en arrivant en bas que j’ai compris sur qui ils avaient pris la mesure de longueur de jambe en voyant un éléphant ! C’était un bel éléphant tout peinturluré et à la peau rose (oui les éléphants sont roses ! Non, je n’ai pas bu !) qui était debout sur ses quatre pattes à côté de son jeune maître.   IMG-2462.jpg

    On est revenus à l’hôtel en rickshaw (60Rs) et on s’est achetés une noix de coco pour 7,5Rs que l’on a mangé devant la télé. Là, Nico a pris le relais au chiotte car lui aussi s’est pris d’une diarrhée monstrueuse. C’est ce jour-là qu’il a été bien content que j’ai insisté pour prendre une chambre avec des toilettes occidentales !
    On a mangé au resto de l’hôtel. Nico a pris des noodles et moi des mushrooms manchurian (champignons badigeonnés de farine et de gingembre frits et présentés dans une sauce au gingembre et au soja accompagné de riz blanc) mais nos deux plats étaient carrément trop épicés.
    On a ensuite fini la soirée devant la télé pour moi et aux chiottes pour Nico, chacun son tour hihi ! Roo c’est pas gentil de se moquer… Pardon…

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 18:47
Vendredi 21 juillet :

    On s’est levés à 9h30, il n’était plus possible de dormir avec les klaxons incessants à l’extérieur.
    A 10h30, on a pris le petit-déjeuner au resto de l’hôtel. Ce fut petit-déjeuner indien avec puri pour Nico et dosa à l’oignon pour moi. Bon, les oignons au petit-dej, ça m’a bien écoeuré… Surtout qu’ils n’avaient pas lésiné sur les oignons. J’ai eu l’estomac retourné toute la journée. On n’a d’ailleurs pas déjeuné à midi.
    A 14h, on a pris un rickshaw qui pour 100Rs (1,6€) nous a emmené à 10 kilomètres de notre hôtel au temple Sri Ranganathaswami datant du Xe siècle. Constitué de 7 enceintes, ce temple est vraiment magnifique avec des gopurams (portes d’enceinte des temples, de forme pyramidale et décorées de sculptures de divinités et personnages) absolument magnifiques ! Il y a plein de petits personnages sculptés sur les gopurams, ils sont peints avec des couleurs vives. C’est super joli !

IMG-2443.jpg
IMG-2444.jpg


    On a laissé nos tongs au vestiaire, il est interdit de pénétrer dans un temple hindou avec les pieds chaussés. On a pris un guide qui parlait un peu français, il était étudiant. Pieds nus, on a pénétré dans la première enceinte. Je fus incroyablement surprise lorsque j’ai vu tous ces indiens à même le sol allongés ou assis, la plupart en train de dormir. Selon moi, il n’avait pas de chez eux et ils restaient dans le temple pour avoir un toit. Et c’est là que je regrette d’avoir tant de lacunes en anglais, j’avais tant de questions à poser… Je n’aurais sans doute jamais les réponses…
    Le guide nous a tout de suite fait monter sur le toit. Il voulait nous montrer une vue exceptionnelle. On a grimpé un escalier en pierre dont les marches devenaient de plus en plus chaudes au fur et à mesure que nous grimpions. Arrivés sur le toit, il fallait traverser en marchant sur des dalles qui avaient passé des heures au Soleil et étaient donc extrêmement brûlantes ! Ce fut très rude… Même en courant, la chaleur des dalles nous brûlait les pieds. C’est là qu’on remercie l’inventeur des chaussures ! Je me demanderai toujours comment la majorité des indiens et toutes ces personnes qui se font une joie de marcher pieds nus le peuvent… Bon, toute cette souffrance (qui est quand même minime quand on compare à celle des pauvres indiens qui souffrent de manque de nourriture entre autres) n’aura pas servi à rien, on avait une vue magnifique sur les sept sommets des gopurams. On a pu voir ainsi le gopuram central en or.

IMG-2429.jpg
IMG-2430.jpg


IMG-2432.jpg
IMG-2433.jpg

    On est redescendus après avoir bien profité de la vue. Dans la première enceinte, des indiens s’étaient regroupés autour d’un grand machin en ferraille où étaient accrochés des milliers de cadenas et un indien dansait de façon bizarre juste devant, comme un état de transe… Le guide nous a expliqué que les gens dépressifs venaient ici et accrochaient un cadenas pour aller mieux. Curieux phénomène…
IMG-2434.jpg


    Le guide nous a fait visiter le temple. Il nous expliquait dans un français approximatif, mais c’était sympa qu’il nous parle un peu en français. Il nous a expliqué entre autres les significations de certains symboles, mais je suis incapable de m’en souvenir… J’étais trop préoccupée à ne marcher que dans les zones d’ombre pour ne pas me brûler les pieds… Je suis chochotte oui !
    En tout cas j’en garde un très bon souvenir de ce temple, que de belles sculptures, que de beaux ornements !
IMG-2435.jpg

IMG-2436.jpg
IMG-2439.jpg
IMG-2437.jpg

    A la fin de la visite du temple, le guide ne s’est pas arrêté là. Il nous a emmené à une petite boutique de sculptures. Le gérant nous a expliqué comment on fabriquait les sculptures en bronze. Ça j’ai bien retenu : on fait d’abord une sculpture en cire, puis on fabrique un moule en mettant de la glaise tout autour pour que ça prenne bien la forme, puis on fait cuire le tout pour renforcer la terre et surtout pour faire fondre la cire qui s’écoule et qui vide le moule. Enfin, quand le moule est froid, on fait couler du bronze chaud à l’intérieur et quand le bronze est figé, on casse le moule et ça donne une sculpture unique. Quel travail ! Mais, maintenant, on ne fait plus trop comme ça, on fait des sculptures en série avec des machines, mais ça ne rend pas pareil, les traits ne sont pas aussi fins qu’avec la méthode traditionnelle.
    Le guide nous a demandé 200Rs (3,3€) pour la visite.

    Ce n’est que plus tard, en relisant les commentaires sur la visite du temple Sri Ranganathaswami que l’on a lu que le Lonely Planet met en garde les touristes de ne pas prendre des guides ou des prêtres qui demandent un prix exorbitant de 200Rs par heure et d’éviter également ceux qui souhaitent nous emmener faire des achats. Bref, on avait eu tout faux nous…
    A 16h, on est rentré en rickshaw à l’hôtel pour 100Rs (1,6€). Je commençais à me sentir pas très bien à cause de la chaleur, de ne pas avoir assez bu et de n’avoir pas mangé. Arrivés à l’hôtel, on est directement allés au restaurant de l’hôtel. Nico a pris une salade de concombre, des "gobi 65" c’est à dire des petits choux-fleurs cuisinés dans une sauce épicée, et un milk-shake vanille. Moi j’ai pris une glace Cornetto et un milk-shake au chocolat. Revenue à la chambre, j’ai eu une diarrhée monstrueuse ! Et là, j’étais heureuse d’avoir insisté pour avoir une chambre avec des toilettes normales…
    A 17h30, on a regardé « Le seigneur des anneaux : les 2 tours » en anglais à la télé. Moi j’étais vraiment pas bien même allongée sur le lit. A 20h30, on est allé manger au Femina Hotel. Nico a pris un "fish N chip" (quatre morceaux de poissons grillés tout petit avec quatre frites). J’ai repris comme la veille un chicken manchurian. Mais je me sentais tellement pas bien que je me forçais à manger tout en me disant que j’allais vomir à un moment ou un autre. C’est en arrivant à la chambre, que j’ai tout vomi… Je vous assure que c’est vraiment pas marrant de vomir du poulet épicé. Parce que déjà qu’on en mange du poulet épicé ça arrache bien la bouche, mais quand ça ressort, ça réarrache de nouveau… Et pour me vider bien en profondeur, j’ai fini avec la diarrhée… Oui, c’est charmant… Désolé… C’est ça l’aventure en Inde !
    Nico a regardé le 3e volet du « Seigneur des anneaux » jusqu’à 1h du matin alors que je dormais depuis 23h.
Partager cet article
Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 14:55
Jeudi 20 juillet :

    Le trajet entre Pondichéry et Trichy devait durer 5h et j’appréhendais beaucoup. Je n’avais jamais encore fait un si long trajet en bus en Inde et là contrairement au train, on ne pouvait pas se dégourdir les jambes, ni aller aux toilettes puisqu’il n’y en a pas. Mais finalement tout s’est bien passé et ma vessie a tenu plus de 5h, je ne sais par quel miracle.
    Dans le bus, il y avait devant nous deux couples de français. Le bus était bondé comme toujours. Partis à 10h de Pondichéry, on est arrivés à 15h15 à Trichy. Nous avons payé 114Rs (1,9€) pour nos deux places dans le bus.
IMG-2408.jpg

    Trichy appelé aussi Tiruchirappalli (oui, on préférera dire Trichy) est une grande ville dotée de deux temples très impressionnants dont l’un est perché sur une colline rocheuse.
    Sur le Lonely Planet, on avait repéré deux hôtels pas très chers à côté de la gare routière. On est allés voir l’hôtel Meega qui proposait des chambres à 350Rs (5,8€) avec des toilettes turques. J’ai préféré choisir l’hôtel Mathura qui proposait à 415Rs (7€) une chambre avec toilettes normales. Nico faisait la gueule parce que je chipotais pour des chiottes, mais quand il a eu la chiasse deux jours après il était bien content d’être assis confortablement !
    Après avoir installé nos affaires dans la chambre, on est allés manger un bout au resto végétarien de l’hôtel. Oui, ici, il n’y avait QUE des restos végétariens, on en a trouvé un non végétarien le soir carrément par hasard. On a pris des noodles (pâtes chinoises).
    Ensuite, on est partis à pied jusqu’à la gare ferroviaire, elle n’était pas bien loin. On a acheté un billet de train à 130Rs (2,2€) pour rejoindre Madurai le dimanche suivant.
    C’est toujours très compliqué d’acheter un billet de train parce qu’il faut remplir une feuille en indiquant entre autres le numéro du train que l’on veut prendre et pour trouver ce numéro il faut soit regarder sur les immenses panneaux sur les murs et vas-y pour t’y retrouver avec tous ces noms de villes, sinon on peut aussi faire avec des ordinateurs mais c’est tout autant compliqué. Toute seule, j’aurai eu beaucoup de mal pour pouvoir me débrouiller à acheter un billet de train, mais heureusement Nico était là !
    En revenant à l’hôtel, on s’est achetés une noix de coco que l’on a mangé à la chambre.
    A 20h, on a cherché un resto non végétarien, mais il n’avait pas l’air de connaître la viande dans cette ville. Alors que nous repassions devant l’hôtel lors de notre recherche de resto, un indien nous a demandé en français si nous étions français. Il était prof de français à Madurai et il voulait parler français avec nous. Alors on a parlé français avec lui. C’était rigolo car il connaissait des expressions françaises qu’on n’utilise plus de nos jours. Il parlait très bien français. Il a pris nos adresses e-mail pour nous écrire plus tard, mais il ne nous a jamais écrit.
    On a ensuite trouvé un resto non végétarien par le plus grand des hasards. Il se trouvait à l’hôtel Femina. L’intérieur du restaurant était très classe, très calme. Il y avait plein de serveurs, ils étaient tous très bien habillés. On s’est assis à une table en se disant que l’on allait payer cher notre repas, mais en regardant le menu on a vite vu que malgré les apparences, les prix étaient très bas. Nico a pris un egg biryani (riz préparé avec plein d’épices et un oeuf dur et cuit à la vapeur), mais c’était trop épicé. J’ai pris un chicken manchurian (morceaux de poulet badigeonnés de farine et de gingembre frits et présentés dans une sauce au gingembre et au soja accompagné de riz blanc) qui était vraiment excellent. Il ne m’a coûté que 75Rs (1,25€) !
    En rentrant à la chambre, on a regardé à la télé « Dumb et Dumber » avec Jim Carrey, en anglais. On s’est endormis à 1h du matin avec le bruit des klaxons qui venaient de l’extérieur en fond sonore. Même avec les boules Quiès on entendait toujours l’extérieur… Vive la circulation en Inde !
IMG-2413.jpg
Partager cet article
Repost0
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 23:40
Mardi 18 juillet :

    On s’est levés à 10h parce qu’on avait rendez-vous avec mon amie Estelle à 11h. On a voulu prendre notre petit-déjeuner au bord de la mer à côté de la statue de Gandhi, mais ils ne servaient plus de petit-dej à 10h30… Alors on a pris un thé. A 11h30, Estelle nous a rejoint avec sa tante. Sa tante nous a conduit au restaurant « Aristo ». Tous les quatre on s’est partagés des plats indiens. C’était super sympa de voir Estelle à Pondichéry et d’être avec sa tante, une indienne parlant tamoul et français.
    On s’est quittés à 13h30. Nico et moi sommes retournés à l’hôtel. On voulait aller à une plage à quelques kilomètres de Pondichéry mais j’avais trop trop la flème et il faisait trop trop chaud. Alors on a fait la sieste, mais c’était sans compter les coupures d’électricité qui nous coupaient le ventilateur et là on crevait trop de chaud !
    Pour se rafraîchir un peu on est allés manger la même glace que la veille, délicieuse glace à la vanille avec des morceaux de mangues fraîchement coupées.
    On est ensuite retournés à l’ashram.
    On s’est promenés dans le jardin. C’était très agréable. On aurait dit un jardin japonais, très zen. Il y avait même 2 canards qui faisaient la sieste sous un banc de pierre.
IMG-2384.jpg

    A 19h, on a été au restaurant français le « Satsanga ». Les serveurs parlaient un peu français et le menu était entièrement en français et là j’ai craqué pour un filet de bœuf au roquefort avec des frites à 160Rs (2,6€). C’était délicieux !!! Ça valait toutes les entrecôtes avec frites à 20€ dans les restos français. Je me suis pétée le bide ! Nico a pris des pâtes à la carbonara à 150Rs (2,5€) et un verre de vin à 45Rs (0,75€) qui était à moitié plein, Nico n’était pas content ! En dessert, on s’est partagé une tarte au citron meringuée à 75Rs (1,25€). Ça faisait plaisir de manger français. C’est marrant, mais c’est quand on n’est pas en France que l’on apprécie de manger des plats français…


Mercredi 19 juillet :

    On s’est levés une fois de plus à 10h car nous devions normalement aller visiter Auroville avec mon amie Estelle. Mais, on n’arrivait plus à joindre Estelle avec notre portable qui captait mal. Finalement à 11h30 on a eu Estelle au téléphone et c’est là qu’elle nous a dit qu’il y avait des travaux à Auroville et que ça ne servait à rien de se déplacer parce qu’on ne pourrait pas visiter Matrimandir, l’énorme structure sphérique ultra moderne qui abrite un globe de cristal de 70cm, le plus grand du monde. Nous qui étions restés un jour de plus pour visiter ça, il fallait qu’on profite de la journée, mais pas en visitant Pondichéry parce que la veille on avait déjà tout vu. Alors on a décidé de vraiment aller à la plage l’après-midi.
    A 11h45, on a été à un autre resto français « Le Club ». Il ne servait plus de petit-dej à cette heure-là alors on a déjeuné. On a pris des pâtes à la bolognaise à 165Rs (2,75€), mais ça faisait « cher » pour ce qu’il y avait à manger. Quand je dis parfois que des tarifs sont trop chers, c’est en comparaison avec les tarifs indiens et nullement avec les tarifs français ! Parce qu’il se trouve qu’en tant que touristes on nous prend souvent pour des pigeons, des grosses poches pleines de fric, alors que nous on est des étudiants français et ce n’est que parce que nos journées nous revenaient à 10€ avec hôtel, nourritures et transport que nous avons pu rester si longtemps en Inde. Si maintenant les indiens nous sucent nos sous comme de vilaines sangsues nos vacances auraient été vite écourtées.
    A 15h, on a pris un rickshaw qui contre 100Rs (1,6€) nous a emmené à Reppo Beach, une plage qui se trouvait à 8km. On y est arrivés en 15 minutes. Il nous a laissé devant un petit chemin, on a passé un petit portail et là on s’est retrouvé sur une plage très jolie et avec très peu de personnes. Il n’y avait que des touristes, pas de vendeurs, OUF ! Les deux étrangers, voisins de notre chambre, sont arrivés quelques minutes après nous. 
    Je me suis trouvée un petit coin d’ombre, mais ça ne m’a pas empêché de bronzer !
IMG-2394.jpg

    Il y avait des vagues énormes. On s’est bien éclatés à faire les foufous dans les vagues.
    A 17h, on a repris le rickshaw pour 100Rs. Il y avait énormément de monde sur la route. On a mis beaucoup plus de temps au retour qu’à l’aller.
    A la chambre, j’ai pu admirer mon bronzage ! Et oui, même avec une crème solaire indice 50 et en se plaçant à l’ombre, on prend bien le soleil ici !
    Après s’être douchés pour se débarrasser du sel de mer, on est allés à pied jusqu’à la Poste, on avait des cartes postales à envoyer en France. J’ai halluciné que l’envoi d’une lettre jusqu’en France ne coûtait que 15Rs (0,25€) alors que depuis la France ça coûte toujours une fortune pour envoyer vers l’étranger.
    Alors qu’on était en train de coller les timbres sur les enveloppes avec de la colle à papier (ils ne connaissent pas les timbres à lécher), la pluie est tombée ! Mais pas une petite pluie fine, une énorme averse avec des gouttes de la taille d’un seau d’eau ! Au bout d’un moment, voyant que ça ne se calmerait jamais, j’ai enfilé mon k-way poncho et Nico a dégainé son parapluie. On a affronté la pluie et les flaques hautes de 3cm ! On a trouvé une pizzeria « Au feu de bois » à mi-chemin entre la Poste et notre hôtel. Les rues commençaient à être inondées. On est entré tout trempés dans le resto. Quelle aventure !
    On s’est pris deux pizzas et deux cocas. On en a eu pour un total de 346Rs (5,7€).
    Sur la route du retour pour l’ashram, on s’est arrêtés au glacier de l’hôtel Ajantha pour déguster la fameuse glace à la vanille avec morceaux de mangue.



Jeudi 20 juillet :

    On s’est levés à 8h30 ! 4 jours qu’on se levait avant 10h, mais quelle mouche nous avait piqué ? Et bien, on a fait les grosses feignasses pendant une semaine, mais on a dû se reprendre en main car on avait encore plein de choses à voir et les jours s’écoulaient à une vitesse impressionnante.
    On a fait nos sacs et on a pris un rickshaw qui pour 50Rs (0,8€) nous a emmené à la station de bus. Nous sommes montés dans un bus direction Trichy. Le bus a démarré à 10h.

Partager cet article
Repost0
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 22:47
Lundi 17 juillet (suite) :

    On est arrivés à Pondichéry à 15h. Là, un chauffeur de rickshaw nous a proposé de nous amener à l’hôtel en payant ce qu’on voulait. On a accepté et il est parti chercher son rickshaw. Et là, grande surprise : il est revenu avec un rickshaw à pédales ! Comme on n’avait jamais testé le rickshaw à pédales, c’était l’occasion et puis l’hôtel où nous voulions aller n’était pas très loin de la station de bus.
undefined

On a d’abord installé nos sacs puis on a grimpé sur le siège à deux places. Le vieil indien tout maigrichon a enfourché son vélo et s’est mis à pédaler. Nous et les sacs, on devait peser en tout 150kg ! J’avais de la peine pour lui, surtout quand la route s’est mise à monter. Il est arrivé vivant devant l’hôtel Ajantha où il nous a déposé. Et là, il nous a demandé 200Rs (3,3€) ! Alors que le trajet n’était pas bien long. Je comprends qu’il en ait bien sué, mais je comprenais surtout qu’il nous avait pris pour des pigeons !
    Comme il n’y avait plus de chambre à l’hôtel qui se trouvait face à la mer, on a continué à pied (on n’allait pas encore se faire avoir par un autre rickshaw !) jusqu’à un ashram « Park Guest House ». Un ashram est un centre communautaire spirituel, un lieu de repos, bref, un endroit où dormir.
IMG-2370.jpg

    On a eu une chambre pour 300Rs (5€). Elle se trouvait au rez-de-chaussée avec en face le jardin de l’ashram. La chambre était très correcte mais sans télé. Au-dessus de la porte d’entrée on pouvait y lire le mot « patience » qui était le nom de notre chambre. Le jardin était vraiment très joli, très vert, très reposant. En face de notre chambre et au fond du jardin, un grand grillage donnait sur la mer. Nous avions comme voisins de chambre les deux étrangers vus dans le bus. On n’a pas arrêté de les croiser durant notre séjour, à croire qu’ils nous suivaient !
    A 16h, on a mangé à « Pizza Hut » pour 200Rs (3,3€). Avec le ventre bien rempli, on s’est baladés dans la ville.
    Pondichéry a été colonisée par les français au XVIIe siècle. Donnant sur le Golfe du Bengale, Pondichéry était une excellente base pour le commerce. Puis, en 1956, elle a été restituée à l’Inde. Mais, il reste dans cette ancienne colonie l’influence française qui se traduit entre autres par la présence d’un lycée français et par la construction de la ville en elle-même : une ville parfaitement rectiligne, les rues portant en double nom une appellation française sont toutes parallèles et se coupent par des angles droits par des rues elles aussi parfaitement parallèles. Les rues sont propres et calmes, les maisons sont de type occidental, on trouve beaucoup de voitures de particuliers sur le bord des trottoirs et seule la présence des rickshaws, du monde et des temples hindous nous rappelle que l’on est en Inde.
IMG-2351.jpg
undefined

    J’étais persuadée de trouver de nombreux indiens parler français, et bien j’ai été déçue de n’entendre que les touristes venus de France parler notre langue.
    On a été sur la promenade en front de mer d’où nous pouvions voir les vagues s’abattre sur les rochers en contre-bas. Il n’y a pas de plage à Pondichéry, mais cela n’empêche pas certains indiens intrépides de descendre jusqu’aux rochers pour aller se baigner. Sur la promenade nous avons pu voir la statue monumentale de Gandhi.
IMG-2357.jpg
IMG-2360.jpg

    Ensuite, on s’est mis à la recherche d’un téléphone public parce que je devais joindre Estelle, une amie française originaire d’Inde qui était au même moment à Pondichéry dans sa famille. J’ai bien galéré à la joindre parce qu’il fallait que j’enlève plein de chiffres au numéro qu’elle m’avait passé parce que ces chiffres sont inutiles lorsque que l’on appelle de la ville où se trouve le correspondant, mais cela je ne l’ai su qu’après plein de tentatives d’appel sans succès. Bref, j’ai réussi à joindre Estelle à 18h et l’on s’est donné rendez-vous le lendemain à 11h devant la statue de Gandhi
    On a repris notre visite de la ville. On est tombés par hasard sur le temple Sri Manakula Vinayagar dédié au dieu éléphant Ganesh. L’entrée du temple était cachée par un imposant éléphant qui contre une roupie bénissait les passants par un coup de trompe sur la tête. Je suis fan des éléphants ! Quelle joie de pouvoir les voir de si près. En outre, plus tard, j’ai pu voir un documentaire qui nous apprenait que les éléphants des temples étaient au centre de beaucoup de questions quant à leur bien-être et que depuis peu on leur offrait pendant quelques jours dans l’année une thalasso de remise en forme dans les montagnes vers Kumily (où nous avons passé nous aussi quelques jours) avec d’autres éléphants pour qu’ils se sentent mieux et soient un peu choyés le temps du séjour. Ça m’a rassuré d’apprendre cela, parce que durant notre séjour avec Nico on plaignait ces éléphants qui devaient rester devant ou dans les temples toute la journée et qui étaient parfois seuls dans la ville.
IMG-2344.jpg

    Ensuite, ayant envie de manger une glace, on s’est assis au glacier de l’hôtel Ajantha et on a commandé une glace en pot. C’était une grosse glace à la vanille genre sundae avec des morceaux de mangue fraîche. C’était vraiment trop bon !!! Puis, on est rentrés à l’hôtel dormir.
Partager cet article
Repost0