Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Voyage en Inde du Sud - été 2006
  • : Récit du voyage en Inde du Sud de Nicolas et Aurélia de mi-juin à fin août 2006
  • Contact

Catégories

Liens

3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 13:57
Mardi 15 août (suite) :

    Nico qui était déjà venu à Gokarna au début du mois de juin lorsque je n’étais pas là, m’a amené à « Nimmu Guest House » où il avait dormi, une guest house près de la mer. On a eu une chambre à 300Rs (5€).
    Gokarna qui signifie « oreille de vache » est pour les hindous l’un des lieux les plus sacrés de l’Inde du Sud. Cette ville se trouve dans l’état du Karnataka, sur la côte sud-ouest au bord de la mer d’Arabie.
undefined

    A 17h, on a visité la ville. On a fait le tour de cette petite ville en une demi-heure. C’est une ville de pélerins hindous, en effet il y a des petits temples de partout et des hindous habillés d’un drap, crâne rasé avec une petite couette derrière la tête. Comme les étrangers n’ont pas le droit de pénétrer dans les temples hindous, on n’a pu que regarder les temples de l’extérieur.
    Nico m’a fait découvrir le Koorti Teertha, le grand bassin où les habitants, pélerins et brahmanes font leurs ablutions sur les ghats (marches au bord du bassin) en lavant leur linge dans l’eau bleue-verte à cause des algues… miam… On a fait le tour du bassin. Ce fut long car c’était un grand bassin. Sur notre chemin, on a croisé une vache, et un hindou qui passait a touché la vache et a fait le signe sacré car les vaches sont sacrées en Inde.
undefined
undefined
undefined

    Vers 17h30, on a trouvé un accès internet. C’était une famille qui louait sa connexion internet. J’ai enfin pu envoyer à mes proches mon long mail datant de près d’un mois !
    A 18h45, on est allés sur la plage pour voir le couché de soleil. La plage n’avait rien d’exceptionnel. On est ensuite allés au « Prema Restaurant », le restaurant au bord de la plage. On a pris une soupe chacun, aux épinards pour Nico, à la tomate et aux croûtons pour moi. Délicieux. Et on s’est engloutis un plat de 100 grammes de spaghettis chacun (les spaghettis étaient pesés aux grammes près) à la tomate et au fromage. On s’est bien pétés le bide pour 200Rs (3,3€).
    A 20h30, on est rentrés à l’hôtel sous pluie.
    A 22h30, on a fait un gros dodo sur un lit moelleux. Il a plu pendant toute la nuit.


Mercredi 16 août :

    On s’est levés à 8h45 car on avait un train à prendre. On a préparé nos sacs et on a payé la chambre.
    A 9h30, on a petit-déjeuner au « Prema Restaurant ». On a pris deux milk tea (thé au lait), Nico a pris une salade de fruit et des toasts à la confiture, et j’ai pris un pancake au Nutella, mais ce n’était pas un pancake mais un dosa (pâte à crêpe très fine à base de farine de riz fermenté et de farine de lentilles, cuite d’un seul côté sur une plaque très chaude, le dosa est servi doré et croustillant). C’est spécial le dosa au Nutella, un petit mélange des cultures…
    A 10h20, on a pris un rickshaw pour 150Rs (2,5€) jusqu’à la station de train à 9km de Gokarna. La route étant bien défoncée, on n’a pas arrêté de sauter dans tous les sens durant les 25min de trajet, pas très bon pour la digestion…
    A 10h45, on était à la gare pour attendre le train en direction de Palolem. Le « Lonely Planet » donnait 10h45 comme horaire du train en direction de Margao, qui passait donc par Palolem, mais à la gare on a pu lire sur le panneau que le train quotidien en direction de Margao passait à Gokarna à midi. Et comme il avait du retard ce jour-là, il est arrivé à 12h20. En attendant, on a acheté nos deux places de train pour 36Rs (0,6€), puis on s’est assis dans la salle à côté du quai et on a joué au Uno. Il y avait des chiens errants dans la salle. Il y avait également un énorme cafard dans la salle d’attente. Un des chiens s’est mis à le poursuivre dans toute la salle jusqu’à se rapprocher de nous. Il jouait avec mais ne l’a pas tué. Le cafard est venu se réfugier sur mon gros sac. J’étais trop hystérique en essayant de trouver où se cachait le cafard. Ça a fait de l’animation.
    A 12h20, le train est arrivé. Nous étions assis avec en face de nous un vieil indien qui voulait absolument nous offrir à manger, quand il est parti, il a serré la main de Nico et a fait le signe sacré comme les hindous font avec les vaches…
undefined

    Une vache sur la voie ferrée, elle n'a pas peur pour sa vie...
undefined

    S'il y a le feu, n'ayons craintes, six seaux remplis de sable sont là pour l'éteindre ! On est sauvés !
undefined

Partager cet article
Repost0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 13:47
Lundi 14 août (suite) :

    Le train est arrivé à Gokarna à 16h50. On a pris un rickshaw qui nous a amené à Om Beach pour 250Rs (4,1€).
    La route était tout défoncée, on sautait dans tous les sens. Il y avait de grosses flaques d’eau orangée sur la route.
    On est arrivés à 17h40. Pour accéder à la plage, il fallait descendre plein de marches, mais ça m’a saoulé parce que j’ai le vertige et j’ai du mal à descendre comme ça.
undefined

    La plage était jolie, mais comme j’étais énervée je ne voulais pas le montrer. Il y avait de gros rochers dans la mer et plein de touristes indiens et étrangers dans l’eau. L’unique restaurant et hôtel se trouvait tout près des marches, le « Namaste Café ». On a pris une petite hutte pour 250Rs (4,1€). C’était sympa la petite hutte en bambou. Une petite salle de bain était accrochée à la hutte, mais il n’y avait pas de toit. Mais, à cause de la fatigue, du mauvais temps et du fait que je m’attendais à voir une plage aussi magnifique que celle de Palolem et qu’elle n’était pas à sa hauteur, je faisais la gueule. Nico alors s’est énervé que la plage qu’il appréciait tant ne me plaise pas autant qu’elle lui plaisait.
    A 18h30 quand l’énervement général est redescendu, on est allés au resto. On a pris une bière chacun et on a joué au Uno. Ce qui me déplaisait, c’est qu’il y avait beaucoup de gens en train de rouler des joints et d’en fumer.
    Plus tard, on a pris un sandwich au poulet pour Nico et un potato cheese burger (hamburger au fromage et à la pomme de terre) pour moi, le tout avec des frites et une salade de tomates, concombres, poivrons et choux.
undefined

    A 20h, il faisait nuit noire. On est retournés à notre hutte. On s’est douchés à la belle étoile, très sympa.


Mardi 15 août :

    Jour férié en France comme en Inde mais pas pour les mêmes raisons. Le 15 août c’est la célébration de l’indépendance de l’Inde de 1947.
    On s’est réveillés à 9h30 dans la hutte. J’avais trop mal dormi cette nuit-là. J’ai eu l’impression de ne pas avoir dormi du tout car il a plu durant toute la nuit et ça faisait beaucoup de bruit contre la hutte. En plus, je ne pouvais pas aller aux toilettes puisqu’elles étaient à l’air libre sous la pluie…
En nous levant on a eu une surprise en retrouvant un paquet de gâteaux non ouvert pas à l’endroit où on l’avait laissé et avec un gros trou dans le plastique : une souris s’était faite plaisir durant la nuit ! et là les fourmis finissaient le paquet… Heureusement qu’on avait la moustiquaire au-dessus de notre lit qui nous protégeait du monde extérieur sinon c’est peut-être nous que la petite souris aurait grignoté !
    On est allés prendre notre douche dans la salle de bain sans toit. Heureusement, il ne pleuvait plus.
    On est ensuite allés prendre le petit-déjeuner au resto du « Namaste Café ». On a pris des toasts, omelettes et thés.
    La mer avait monté durant la nuit…
    On est allés se promener sur la plage mais quelques gouttes tombaient…
undefined

Quand il s’est arrêté de pleuvioter, on s’est posés sur le sable pour regarder la mer mais ça m’a saoulé car les indiens qui passaient devant nous me mataient pas du tout discrètement et nous ont même pris en photo comme si de rien n’était…
undefined

    Après ça on est retournés à la hutte. On a décidé de partir le jour-même pour Gokarna.
    A 14h, on est retournés au resto manger des burgers avec frites et salade. On a payé nos deux nuits et on a demandé si l’on pouvait avoir un rickshaw pour aller à Gokarna. Le responsable de l’hôtel a appelé un taxi qui est venu nous chercher vers 16h.
    On est montés dans un 4x4 direction Gokarna. On a sauté dans tous les sens. Il nous a amené jusqu’à la plage de Gokarna pour 150Rs seulement (2,5€).
Partager cet article
Repost0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 13:41
Samedi 12 août (suite) :

    A 20h30, on est enfin arrivés à Mangalore après 8h30 de bus et non 7h30 comme nous avait promis le « Lonely Planet », mais bon 1h30 en plus, qu’est-ce que c’est en Inde ?
    Mangalore (à ne pas confondre avec Bangalore) se trouve dans l’état du Karnataka, sur la côte sud-ouest au bord de la mer d’Arabie.
    La ville avait l’air super sympa, rajeunie par des bâtiments tout récents, des grandes marques, des grandes affiches de pub partout, des constructions, bref une ville en plein essor avec un côté djeun’s. Près de la station de bus, il y avait un grand centre commercial avec cinéma, boutiques et « Pizza Hut ».
    On est montés à bord d’un rickshaw. Nico s’est chargé de visiter les hôtels et de choisir pendant que je gardais les bagages dans le rickshaw. Il a visité quatre hôtels avant d’arriver à 21h30 à l’hôtel « Residency Park » à 480Rs la nuit (8€).
    La chambre était classe malgré l’affreuse odeur qui venait de la salle de bain. Il y avait un grand lit confortable avec draps et couverture, une télé, une table basse et un petit meuble. Au sol, de jolis carreaux dans les tons rouges. La salle de bain comportait des toilettes, un grand miroir qui recouvrait tout un pan du mur et une douche qui comme toutes les douches en Inde se vidait par le sol de la salle de bain.
    A 22h, on a opté pour aller au restaurant recommandé par le « Lonely Planet », le « Lalith bar and restaurant » pas très proche de l’hôtel. Il se trouvait en sous-sol. On a commandé deux poissons grillés avec des frites. Le poisson était très plat, très fin, mais vraiment délicieux.


Dimanche 13 août :

    On s’est réveillés à 9h30 dans notre lit douillé. A 11h, on est allés prendre notre petit-déjeuner au restaurant de l’hôtel. On a pris deux thés, deux omelettes très épicées à cause des petits piments verts, et quatre toasts à la confiture et au beurre. Le tout pour 52Rs (0,9€) seulement.
    A midi, on est retournés à la chambre car il pleuvait à grosses gouttes à l’extérieur.
    A 13h, la pluie ayant cessé, on est allés à la gare qui était à quelques pas de l’hôtel. On a dû traverser la voie ferrée, ça ne m’a pas trop rassuré, mais on était obligés. On a réservé le billet de train direction Gokarna pour le lendemain matin à 345Rs (5,75€).
    A 14h, on est partis vers le centre de la ville. Il faisait chaud et humide, c’était très désagréable. Et là mauvaise surprise, comme c’était dimanche, les boutiques étaient toutes fermées. Moi qui me faisait une joie de faire les boutiques, c’était mort…
    On a été déjeuner au même restaurant que la veille le « Lalith bar and restaurant ». J’ai pris du poisson grillé et des frites comme la veille et Nico a pris des calamars à la sauce au beurre et à l’ail avec des frites, ça l’a un peu écoeuré.
    A 15h, on a été sur internet pendant une heure, puis on est rentrés à l’hôtel se caler devant la télé. On a regardé le film « Charlie’s angels » (« Charlie et ses drôles de dames » en français).
    A 19h, on a été mangés au restaurant de l’hôtel. Nico a pris des crevettes à l’ail qui étaient affreusement épicées. J’ai pris du poulet sauce aigre douce à défaut de porc, et j’ai bien regretté car ce n’était pas aussi bon que le porc sauce aigre douce.
    A 20h20, on est retournés à la chambre et on a regardé « Jurassik Park ». Nico s’est endormi à 23h, j’ai continué à regarder la télé et à minuit je me suis endormie également.


Lundi 14 août :

    On s’est levés à 9h30. On s’est douchés et on a bouclé nos sacs. A 11h, on a payé la chambre, rendu la clef et on est allés prendre le petit-déj au restaurant de l’hôtel avec nos gros sacs. On a pris deux thés, deux omelettes, quatre toasts à la confiture et au beurre et deux sweet lime (jus d’orange vraiment délicieux). Le tout pour 92Rs (1,5€).
    A 11h40, on est partis pour la gare. On est montés dans le train qui a quitté la gare à 12h15 direction Gokarna.
    Nico était déjà allé à Gokarna durant le mois de juin avant que j’arrive, il avait également été sur une plage qu’il me disait magnifique à quelques kilomètres de Gokarna, Om Beach. Il voulait me la montrer. Malgré le mauvais temps, on a décidé d’aller à Om Beach avant de visiter Gokarna.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 20:24
Mardi 8 août :

    On s’est levés à 10h. On est allés petit-déjeuner à 11h40 au restaurant de l’hôtel « New Shilpashri ». On a pris des toasts avec beurre et confiture et un thé, Nico a pris des œufs bouillis et j’ai pris des œufs brouillés. On en a eu pour 130Rs (2,15€).
    A 12h30, on a été au marché car on ne l’avait pas encore vu en entier. On a revu notre ami vendeur d’huiles essentielles. On est passés à travers le marché aux fleurs où ils vendaient des kilomètres de colliers de fleurs. Toutes ces couleurs et odeurs, c’était super !
undefined

    Ce qui était par contre super relou ce sont les vendeurs qui venaient nous accoster et pire même des enfants qui venaient nous inciter à acheter. Ils ne lâchaient jamais l’affaire. C’était vraiment oppressant.
    A 13h, on a fini le tour et l’on est rentrés à l’hôtel. Nico était très fatigué alors il a dormi pendant près de deux heures.
    A 16h20, on s’est motivés pour aller à Chamundi Hill. C’est une colline à 1062m d’altitude, au sommet de laquelle se trouve le temple Sri Chamundeswari et où se trouve également la sculpture du taureau de Shiva haut de 5 mètres ! un des plus grand de l’Inde.
    Un rickshaw nous a conduit en haut de la colline pour 200Rs (3,3€). A 16h40 nous étions en haut de la colline. Le rickshaw est redescendu. Nico n’allait pas très bien. Quand on a rejoint le temple Sri Chamundeswari, il s’est mis à pleuvoir fortement. On s’est abrités. Les singes couraient et sautaient partout, qu’est-ce qu’ils étaient drôles. Quand la pluie s’est calmée on a essayé de comprendre où était le taureau mais on n’a rien compris et comme Nico se tordait de plus en plus dans tous les sens, il a préféré qu’on rentre. On a alors essayé de trouvé un rickshaw mais il n’y en avait aucun alors on est monté dans un bus qui nous a descendu pour 13Rs (0,2€). On est revenus à l’hôtel vers 17h40 et Nico n’a plus bougé de la chambre. Il avait une diarrhée de fou, il chiait de l’eau ! Moi de mon côté j’avais un gros rhume. On s’était échangés nos maladies car Nico avait le rhume jusqu’alors et moi la diarrhée. J’avais encore la coulante, mais ce n’était pas aussi violent que Nico.
    A 20h, Nico ne pouvait pas sortir manger et moi j’avais faim car nous n’avions mangé qu’un petit-déjeuner et moi une mangue à notre retour de la colline. Alors je suis sortie seule chercher une bouteille d’eau et de quoi manger. Il faisait nuit et je n’étais pas très rassurée. A une boutique en face de l’hôtel il y avait de l’eau mais rien à manger alors je suis allée plus loin mais je n’ai rien trouvé. Je suis revenue à la chambre avec la bouteille d’eau et j’ai mangé un demi ananas qu’on avait acheté au marché.


Mercredi 9 août :

    Nico a été malade toute la nuit. Il n’arrêtait pas de chier de l’eau. Alors, à 8h il m’a réveillé, il voulait voir un docteur. J’ai appelé la réception de l’hôtel pour qu’il nous dise où trouver un docteur. Mais je me suis emmêlée dans mes mots et ce que j’ai dit en anglais ne voulait rien dire… Mais finalement l’homme a compris et nous a dit qu’il ne pouvait pas faire venir un docteur, qu’il fallait qu’on se déplace. Finalement, on a pris un rickshaw qui nous a conduit à Chitra’s hôpital, tout près de l’hôtel. Il était 10h quand nous avons pénétré dans l’hôpital privé. Une doctoresse a reçu Nico. Elle lui a donné une liste de médicaments et de seringues et autres instruments médicaux à acheter à la pharmacie de l’hôpital pour qu’il puisse se faire hospitaliser en toute sécurité. Ça lui a coûté 960Rs (16€). Il s’est allongé sur un lit d’hôpital et ils l’ont perfusé. J’étais mal pour lui. Ils lui ont examiné ses selles. Ils lui ont injecté des liquides toute la journée.
    Nico s’est lié d’amitié avec un infirmier qui était jeune et très gentil, il s’appelait Swami.

undefined

    En début d’après-midi j’ai été m’acheter un paquet de chips que j’ai grignoté à côté de mon chéri malade. A 17h, on nous a servi un thé, on nous a donné un jus de fruit et des biscuits. On a pu sortir de l’hôpital à 18h. 7h30 d’hôpital, sympa la journée. Nous qui devions aller faire des achats de panjabees (vêtement traditionnel indien) et de châles puis prendre le train direction Hassan à 20h40, c’était foutu. A la sortie de l’hôpital c’est moi qui est pris le relais et qui ne me sentait pas bien. J’ai refusé qu’on prenne le train ce soir-là parce que Nico n’était pas en grande forme et que moi je commençais à aller mal et comme la ville où nous voulions aller n’était sûrement pas dotée d’un hôpital valait mieux rester dans une grande ville sûre niveau soin. On est donc resté plus longtemps à Mysore.
    On est rentrés à la chambre d’hôtel en rickshaw. Je me suis allongée sur le lit et je n’ai plus bougé. Nico, lui, allait mieux et il est allé acheter du pain de mie avec de la confiture pour notre repas, comme nous l’avait conseillé le docteur. On s’est fait un pique-nique sur le lit avec le pain de mie et la confiture.
    Après cette journée forte en émotion et ces nombreuses diarrhées à répétitions pour l’un comme pour l’autre, nous avions le moral au plus bas et nous ne rêvions que d’une chose : rentrer en France le plus vite possible. On voulait y manger de la bonne et saine nourriture française. Comme il ne nous restait que deux semaines à tenir, on a décidé qu’on arrêtait avec les temples et qu’on allait reprendre des forces au bord de la mer sur les  plages de Goa et qu’on mangerait dans des restaurants occidentaux, finie la nourriture indienne.


Jeudi 10 août :

    A partir de 4h, Nico a eu de grosses douleurs en bas du ventre, dans les intestins, il chiait encore de l’eau et il a vomi trois fois.
    A 9h, je me suis réveillée car j’entendais que mon chéri allait très mal. Il voulait retourner à l’hôpital. A 9h30, on était à l’hôpital. Moi je pétais la forme. Les infirmiers l’ont remis sur un des lits de la grande pièce, la pièce était vide. Ils l’ont perfusé de nouveau et lui ont analysé ses selles. Résultat : infection intestinale, il devait rester jusqu’au lendemain matin à l’hôpital… Super… Donc voilà, rebelotte une journée à m’ennuyer comme un rat mort à l’hosto. Ayant prévu cette éventualité avant de partir à l’hôpital, j’avais emmené avec moi le pain de mie et la confiture. Mais quand je me mettais à manger j’avais direct la nausée. A 14h, on nous a servi un thali que j’ai dévoré tellement j’étais affamée alors que je n’en suis pas friande, mais après j’ai eu la nausée de nouveau. Nico n’a pas trop mangé mais la nourriture est bien passé. Il n’avait plus la diarrhée, tout allait mieux !
    A 16h, Nicolas avait beaucoup moins mal au ventre, on lui a retiré sa perfusion mais on la lui a remise un peu plus tard.
    Je suis sortie de l’hôpital chercher un téléphone public pour appeler mes parents, puis dans la foulée j’ai appelé mes grands-parents et une copine. Ça m’a fait grave plaisir de les avoir au téléphone après tous ces coups au moral.
    Ensuite, on s’est fait royalement chier. On nous avait changé de pièce et on se retrouvait dans une toute petite pièce, seul au monde. Plus personne ne venait nous voir et les infirmières qui venaient ne parlaient pas anglais et la seule chose qu’elle réussissait c’était de défoncer la veine du bras droit de Nico en lui administrant les piqûres dans la seringue de la perfusion.
    Vers 20h, on attendait qu’on nous apporte à manger mais non, on était vraiment seul au monde. J’ai voulu aller chercher à manger à l’extérieur mais la porte de l’hôpital était fermée à clef, je ne pouvais même pas aller acheter de l’eau. A 22h, on était bien énervé avec Nicolas, alors je suis montée à l’étage demander à manger et on nous a servi un thali avec idly, c’était pas terrible mais c’était mieux que rien. Puis je me suis endormie direct sur le lit d’hôpital voisin à celui de Nico.
Nico qui allait pourtant mieux ne s’est endormi qu’à minuit passé et a très mal dormi.


Vendredi 11 août :

    On s’est réveillés à 9h dans la chambre d’hôpital.
    On a passé toute la matinée à se faire chier dans la pièce et à criser car ils ne laissaient jamais partir Nico alors qu’il pétait la forme. Ils n’arrêtaient pas de lui rajouter des bouteilles pour sa perfusion. J’avais peur que son sang ne déborde à force avec tout cet ajout de flotte. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à la veine où était enfoncée la seringue de la perfusion, elle a débordé ! Ils ont alors piqué l’autre bras.
    Au final, on a été libéré à 13h30 !!! Nico était un peu triste de laisser son ami l’infirmier Swami avec qui il a longuement discuté en anglais pendant ces deux jours et demi. En tout cas, ça nous est revenu cher cette histoire d’hôpital, enfin Nico allait être remboursé entièrement par sa mutuelle. Il y en a eu pour 6700Rs (111€) de ce séjour à l’hôpital. Au moins ça nous aura fait découvrir les hôpitaux indiens.

    On est retournés à l’hôtel prendre une douche. Et là, Nico a eu la mauvaise idée de se regarder dans une glace de plain-pied et il s’est fait super peur en voyant à quel point il avait maigri. Il avait perdu beaucoup de muscles.
On est allés au restaurant de l’hôtel « Parklane » pour manger car ça faisait trop longtemps qu’on n’avait pas eu un vrai bon repas. J’ai pris un porc à la sauce aigre douce qui était toujours aussi délicieux, j’ai tout dévoré. J’ai pris un fruit punch également qui était toujours aussi splendide. Nico qui stressait depuis qu’il s’était aperçu qu’il avait beaucoup maigri et que ses muscles avaient fondu, a pris une chicken steak plate (steak de poulet) et un fruit punch et comme il avait du mal à tout finir il était super inquiet. Ça m’a énervé qu’il s’inquiète comme ça alors qu’il venait de sortir d’hôpital et qu’il n’avait pas manger un vrai repas depuis trois jours et donc c’était normal qu’il ait du mal à manger normalement, il fallait que son corps se réadapte.
    De retour à l’hôtel, Nico toujours aussi inquiet voulait rentrer en France. A force, je me suis mise dans le même état d’esprit.
    A 17h30, on est allés au « Mysore Hotel Complex » pour faire des achats. On a acheté des châles et un panjabee pour homme pour Nico.
undefined

    Vers 20h, on a été sur internet pour rassurer tout le monde qu’on allait bien.
    Puis, on a été au restaurant. Nico a pris de l’agneau et moi des spaghettis napolitain mais je n’ai pas beaucoup mangé car j’avais la nausée. On en a eu pour 340Rs (5,6€).
    A 21h30, on était de retour à l’hôtel.


Samedi 12 août :

    9h30, dernier réveil à Mysore.
    On a payé la chambre et on a quitté l’hôtel « Dasaprakash ».
    On a pris le petit-déjeuner vers 11h sur la terrasse de l’hôtel « New Shilpashri ». On a pris un gros petit-déjeuner car on allait prendre le bus pendant 7 heures selon le « Lonely Planet ». Donc toasts avec beurre et confiture, omelette et thé avec du lait. On a demandé au cuisinier du restaurant qu’il nous prépare deux chicken fried rice (poulet avec du riz frit) à emporter pour notre repas de midi qu’on mangerait dans le bus. On était bien décidés à ne plus sauter aucun repas, comme on l’avait fait jusque là.
    Un rickshaw nous a amené jusqu’à la station de bus. Il était 11h30 quand on est arrivés à la station de bus. On a cherché le bus qui allait à Mangalore mais il y avait tellement de bus et les destinations des bus n’étaient pas toujours en anglais. Incapables de trouver le bon bus, on a demandé à des gens de nous aider, mais le premier nous a dit que c’était le bus de la voie 3, à la voie 3 on nous a dit que c’était le bus de la voie 5, à la voie 5 on nous a renvoyé à la voie 3… On a fini par trouver le bus semi-deluxe (c’est le nom des bus chers) à 324Rs pour tous les deux (5,4€), avec sièges ultra confortables, vitres fermées ouvrables, et bus très peu bruyant, trop bien !
    A 11h55, le bus a démarré. On n’était pas nombreux dans le bus pour une fois. Nico n’allait pas bien quand on a démarré, il avait des nausées, alors je lui ai gentiment cédé ma place à côté de la fenêtre et il a pu aisément respirer le bon air frais extérieur et il s’est très vite senti mieux.
    Après les nausées de Nico, ce fut à mon tour d’en avoir, mais elle se sont dissipés un peu plus tard.
    Quand l’appétit nous est venu, on a mangé à l’indienne c’est-à-dire avec les doigts le chicken fried rice concocté par le restaurant de l’hôtel « New Shilpashri ». J’ai bien aimé manger avec les doigts.
    Le bus a fait une pause pendant 15 minutes et j’en ai profité pour aller faire pipi. Il y avait des toilettes à la turque là où le bus s’était arrêté. La porte des toilettes tenait à l’aide d’un fil qui ne fermait pas en entier, heureusement personne n’est passé par là à ce moment-là. J’ai senti une goutte me tomber dessus alors que j’étais accroupie. Quand je me suis relevée je regarde vers le plafond et c’est là que je vois une toile d’araignée énorme entralacée dans d’autres toiles d’araignées avec une quantités impressionnantes d’insectes : AHHHHHHH !!! Quand je suis sortie des toilettes j’avais tellement peur que des insectes me soient tombés dessus que je me secouais dans tous les sens complètement hystérique. Et le pire c’est qu’il a fallu que je paie 2Rs pour des chiottes aussi affreuses, trop abusé.
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 20:09
Lundi 7 août :

    On s’est levés à 10h. A 11h, on a été prendre le petit-déjeuner à l’hôtel « New Shilpashri » à côté de notre hôtel. J’ai pris des toasts avec de la confiture et du beurre, un jus de pomme et un thé. Nico a pris des œufs bouillis.
    On a été à la gare en rickshaw pour réserver le billet de train pour rejoindre Hassan, point de départ pour aller voir les temples de Belur et Halebid. On a réservé pour le mercredi suivant à 20h40 pour 242Rs (4€). Ça nous laissait le temps de finir de visiter Mysore et de faire quelques achats.
    A 14h, on est retournés au resto de l’hôtel « New Shilpashri ». Nico a pris un chicken tikka and veg pulav (du poulet épicé accompagné de riz avec petits pois, carottes). J’ai pris du riz avec des petites crevettes.
    A 15h, on a pris un rickshaw pour 20Rs (0,3€) direction le zoo de Mysore. L’entrée avec appareil photo était de 60Rs (1€) pour nous deux. Selon le « Lonely Planet », ce zoo était l’un des mieux tenus de toute l’Inde. Notre guide avait totalement raison. Je n’avais jamais vu un zoo aussi bien entretenu, aussi agréable à visiter. Il y avait beaucoup d’arbres et des espaces étaient bien définis pour chaque espèce d’animaux. Les animaux avaient quand même de la place. La visite commençait par les oiseaux :
undefined

    puis on a vu les tigres (depuis le temps que je voulais en voir !),
undefined
     les singes dont un gorille, des zèbres, des ours, des daims, des cerfs, des éléphants d’Asie (pourquoi se mettent-ils de l'herbe sur le dos ???) :
undefined

    des éléphants d’Afrique (avec leurs grandes oreilles) :
undefined

    des félins, un lion, des sambars, des hippopotames, des crocodiles qui ressemblaient à des pierres tellement ils étaient statiques pour tromper leur proies, des serpents, des reptiles, des wallabies, des émeus et enfin des girafes.
    Ça nous a beaucoup plu ce zoo à Nico et à moi. Je me suis régalée, mais j’aurai mieux apprécié si je n’avais pas eu aussi mal au ventre. La visite s’est terminée à 17h30 après 2h30 de tour.
    A un moment alors que j’étais en pleine admiration des tigres et que j’étais seule, Nico étant parti un peu plus loin, un couple d’indien a voulu me prendre en photo mais j’ai refusé et ils insistaient… Ça m’a bien soulé.
    Un rickshaw nous a ramené à notre hôtel pour 40Rs (0,6€).
    A l’hôtel, je me suis ruée sur les toilettes. J’avais de nouveau la diarrhée.
    En début de soirée, on est retournés à l’hôtel « Parklane » pour manger. Le restaurant était bondé avec toujours plein de français de partout.
    Nico a pris un chicken steak sizzler et j’ai pris un sweet and saur pork (porc à la sauce aigre douce) et c’était vraiment délicieux. Moi qui avait mal au ventre avant le repas, c’est vite parti face à ce met succulent. On a pris également un fruit punch chacun. C’était super bon. On aurait dit un milk-shake avec bananes et fraises avec du yaourt. Nico a pris en dessert une salade de fruit. On en a eu pour 350Rs environ (5,8€).
    On est rentrés à l’hôtel à 21h30.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 23:59
Samedi 5 août (suite) :

    A 18h30, soit après 5h30 de bus, on est enfin arrivés à Mysore. En pénétrant dans la ville, on a eu une superbe vue sur le Palais du Maharaja, il semblait magnifique ! La ville en elle-même était super jolie.
    Mysore se situe au sud de l’Etat du Karnataka. Mysore est réputée pour ses soieries, son bois de santal et ses encens, et bien sûr le Palais de ses Maharajas.
undefined

    Le bus s’est arrêté à la station de bus. De là, on a marché pour trouver un hôtel. On a eu du mal à en trouver un qui nous convenait car soit l’hôtel était trop cher, soit il était complet, soit il ressemblait à l’intérieur à une prison. On a finalement opté pour l’hôtel « Dasaprakash » à 395Rs la nuit (6,6€). Il était 19h30 quand on a posé nos sacs dans la chambre.
    On est allés manger au restaurant de l’hôtel « Parklane ». L’intérieur était assez joli, mis à part les échafaudages en bambou qui gâchait l’endroit. On nous a fait monter à l’étage, car le rez-de-chaussée était réservé aux hommes. On a pris des spaghettis au poulet et Nico a pris en supplément un chicken 65 (poulet très épicé), le tout pour 200Rs (3,3€). On était entourés de touristes français. Le serveur nous a fait trop rire, il était fan de mon sac à dos rose, il le trouvait super.
    Au bout de quelques bouchées de spaghettis, je ne pouvais plus rien avaler, je me sentais nauséeuse.


Dimanche 6 août :

    Je me suis levée à 11h alors que Nico était déjà levé depuis 9h30 et lisait son bouquin.
    Vers 12h30, on a cherché un resto dans le coin et on en a finalement trouvé un tout proche de l’hôtel après avoir cru ne jamais en trouver, le restaurant de l’hôtel « New Shilpashri ». On était sur le toit sous tonnelle à l’abri du soleil. Il y avait quelques touristes dont beaucoup de français. Nico a pris un chicken steak sizzler, c’est-à-dire un poulet cuisiné dans un plat en fonte puis cuit dans ce plat qui est extrêmement chaud lors de son arrivée sur la table, la graisse saute de partout et Nico est devenu d’un coup tout gras. J’ai pris un pork manchurian (morceaux de porc badigeonnés de farine et de gingembre frits et présentés dans une sauce au gingembre et au soja). On s’est régalés pour 214Rs (3,6€).
    On est retournés à l’hôtel pour faire une lessive dans la salle de bain.
    A 14h30, on s’est dirigés à pied jusqu'au Palais du Maharaja de Mysore. Ce Palais fortifié indo-sarrasin a été détruit par un incendie en 1897 et a été entièrement reconstruit en 1912. On a payé l’entrée 20Rs chacun (0,3€) et l’on a pénétré dans les jardins. Le Palais de l’extérieur était tout simplement magnifique. Les visiteurs étaient nombreux. Il y a de quoi parce que ce Palais vaut vraiment le coup d’œil.

undefined

    On est entrés à l’intérieur. Malheureusement, on n’avait pas le droit de prendre des photos, alors que c’était vraiment splendide. Les portes en bois sombre sculptées, les plafonds en bois sculptés, les sols en mosaïque, les vitraux, les colonnes, les murs recouverts de peintures illustrant la vie quotidienne à Mysore sous le Raja. Tout, tout était sublime. Les pièces étaient immenses. La salle de bal au milieu de l’artère principale, au dessus de l’entrée principale avec vue sur les jardins était extraordinaire ! Je m’imaginais lors d’un bal en l’honneur du Maharajas dans une belle robe longue dansant sur la piste éclairée par les énormes lustres et des bougies.
    La visite du Palais terminée, on est ressortis visiter les jardins. Les jardins du Palais abritent quelques temples hindous.

undefined
undefined

undefined

    Une invasion d'hommes en bleu :

undefined

    A l’arrière des jardins était proposé aux touristes un tour à dos de chameau ou à dos d’éléphant. Je n’avais jamais vu de chameau d’aussi près et bien ce n’est pas très gracieux.

undefined
undefined

    On a revu des éléphants dans les jardins accompagnés d’indiens qui se croyaient à l’époque des éléphants royaux.
undefined


    Notre visite s’est finie à 16h.

    On est allés sur internet dans un cybercafé jusqu’à ce que la connexion lâche une heure après.
    A 17h, on était au marché de Devaraja. Ce pittoresque marché aux fruits et légumes est l’un des plus riches et des plus colorés du pays. Pour les couleurs on a été comblé, tout était de couleurs vives et chaudes dans ce marché. Vraiment magnifique !

undefined

    On était en train d’acheter des fruits lorsqu’un vendeur de la boutique voisine m’a parlé mais comme je n’avais pas compris je n’ai pas répondu en faisant mine de ne pas avoir entendu. Nico a alors répondu à ma place en répondant que nous venions de France. Et quand le vendeur a dit alors « Toulouse ? », je n’en revenais pas et j’ai répondu direct « Yes ». Il nous a montré son étalage d’huiles essentielles et d’encens. Il nous a montré comment se fabriquaient des bâtons d’encens à la main. Son neveu nous a fait une démonstration.
undefined

    Le vendeur était très bavard. Il parlait même quelques mots de français et il connaissait des expressions françaises, ainsi que des acteurs français, des chanteurs français et la chanson des années 90 « Met de l’huile » du groupe de reggae Regg’lyss et même le groupe Zebda et notre ville de Toulouse. On était mort de rire. Il était super gentil et ne voulait plus nous lâcher. Il nous a fait sentir trois parfums d’huiles essentielles et au final on en a pris huit pour faire des cadeaux, et le vendeur nous en a offert deux. On a pris également quatre cents bâtons d’encens qui sentaient super bons la cannelle. Avec tout ça le vendeur nous a offert un coffret en bois pour y ranger les fioles d’huiles essentielles. On en a eu pour 1000Rs (16,6€).
undefined

    A 18h45, quand on a pu enfin quitter la boutique, on est revenus au Palais. C’était dimanche et le « Lonely Planet » disait que chaque dimanche soir de 19h à 20h, le Palais s’illuminait de 97000 ampoules. On est arrivés devant le Palais à 19h05, il était tout illuminé, c’était magnifique ! L’entrée était libre d’accès. Tous les indiens de la ville ont envahi les jardins. C’était hallucinant ! On se serait cru à une grande fête. Il y avait même pour l’occasion un orchestre devant l’entrée principale du Palais qui jouait des airs de fêtes et des gens qui vendaient des friandises et des gadgets. C’était irréel ! On était dans les jardins d’un Palais de Maharaja complètement illuminé entourés de milliers d’indiens avec de la musique de fanfare en fond sonore. Complètement hallucinant ! Il ne manquait plus que la parade d’éléphant pour que le spectacle soit complet.
undefined
undefined
undefined



    A 20h, les 97000 ampoules se sont éteintes et toute la foule est sortie dans le calme.

    On a été à la pizzeria « Pizza Corner » pour changer des plats indiens trop épicés. Mais même les pizzas il faut qu’ils épicent… Nico a pris une peperronni supreme qui était fort bonne et j’ai pris une salami qui était en fait du salami de poulet, c’était un peu écoeurant à force car c’était beaucoup trop épicé. On n’en a eu quand même pour 607,50Rs (10€) !!
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 21:31
Mercredi 5 juillet :

    On a fait la grasse mat’ toute la matinée. A midi, on est partis à pied en direction de la gare ferroviaire pour acheter nos billets de train pour rejoindre Madras (appelé aussi Chennai). Sur la route, on s’est arrêtés au premier restaurant qui nous paraissait potable. Nico a pris du poisson avec de la sauce épicée et moi j’ai pris du poulet au curry. Tous les plats proposés étaient épicés et on a essayé de prendre les moins épicés. Méfiante, j’ai mis beaucoup de riz dans mon assiette et un morceau de poulet en enlevant le plus de sauce possible pour ne pas que ça soit trop épicé. Rien à faire, j’avais la bouche en feu ! C’était tellement épicé que ça en devenait immangeable. Nico aussi avait du mal à manger son poisson épicé.
    On a repris le chemin vers la gare. On a croisé un homme assis au milieu d’une route piétonne qui demandait de l’argent, il avait la lèpre, ses bouts des membres étaient bouffés par la maladie. On en a vu beaucoup des gens infirmes à Bangalore, c’est choquant parfois.
    A la gare, on a acheté un billet de train pour Madras (Chennai) pour le vendredi à 14h30 à 234Rs pour deux places (soit 3,9€).
    De la gare, on a pris un rickshaw pour aller voir le musée Visvesvaraya de l’industrie et de la technique à côté de Cubbon Park. Au rez-de-chaussée du musée étaient présentées des inventions en rapport avec l’aviation et la technique. Aux étages, ça présentait les moyens de communication, l’espace, la vie animale, végétale et humaine, et bien d’autres choses. Il y avait des présentations interactives ; on pouvait faire fonctionner certaines inventions pour en comprendre le mécanisme, mais la plupart étaient cassées et rien ne bougeait quand on appuyait sur les boutons… Il faut dire que l’entrée du musée coûtait 15Rs (soit 0,25€), pas assez pour remettre en état les inventions défaillantes. Mais il y avait des présentations super sympas.
    A un moment, un couple d’indien a insisté pour nous prendre en photos avec leurs enfants… C’était la première fois qu’on nous demandait ça, et ça n’allait pas être la dernière. C’était très lourd, surtout que nous nous faisions bien attention à ne pas prendre en photo les locaux sans leur accord pour ne pas les froisser.
    Le musée fermait à 18h. A 18h donc, les gardiens ont jeté tout le monde dehors. On n’a pas eu le temps de tout voir…
    Nico a ensuite téléphoné à un copain qui était lui aussi sur Bangalore pour lui donner rendez-vous sur MG Road. Il a téléphoné depuis un téléphone public où la communication coûte une roupie la minute, ça fait rêver ça !
    On a marché jusqu’à MG Road. On a attendu sur le bord de la route. Il y avait beaucoup plus de circulation que d’habitude, c’était l’heure de sortie du travail. On a vu plusieurs bus plus que bondés. Il y avait même des gens accrochés à la porte à l’extérieur et derrière le bus. Ce surpoids faisait pencher sévèrement le bus sur un côté.
    On n’a plus réussi à joindre par téléphone le copain de Nico et on ne le voyait pas arriver après une heure d’attente, alors on a abandonné l’idée de le voir et à 19h30 on a décidé d’aller manger. On a été au « KFC », une chaîne de fast food très connue dans le monde, une sorte de Mac Donald’s en fait. On a pris deux hamburgers au poulet avec frites coca et deux sundaes. Mais on a eu tout en format dînette… Erreur sur la taille de nos portions : hamburger que l’on mange en deux bouchées, deux frites qui se battent en duel, 2cl de coca et 2cm de glace… mais c’était vraiment super bon, surtout le sundae !
    Puis, on est rentrés en rickshaw à l’hôtel. On a passé la soirée à jouer au UNO que l’on a acheté dans un magasin de jouets pour 99Rs seulement (soit 1,65€ alors que le UNO coûte 10€ en France !).
    La rue commerçante où se trouve le « KFC » et tous les autres magasins de marques internationales, de nuit :
IMG-2193.jpg

Jeudi 6 juillet :

    On est sortis de la chambre d’hôtel vers midi. On est montés dans un rickshaw pour aller manger sur MG Road. On a été à « Subway », une chaîne de sandwichs que l’on trouve en France. Puis, on a été manger un sundae au « KFC » pour notre dessert. Ensuite, on a fait les magasins tout l’après-midi.
    Après être entrés dans les magasins de vêtements, de chaussures et de disques, on a été dans un magasin qui vendait des sculptures indiennes vraiment magnifiques, on se serait cru dans un musée.     Il y en avait en bronze, mais les plus importantes et les plus chères étaient en bois. Le bois était sculpté avec tant de précision et de finesse que les artistes arrivaient à représenter plein de petits personnages et de divinités sur les pieds de table par exemple. On a vu une balancelle entièrement sculptée dans du bois, l’étiquette indiquant le prix était couverte de chiffre tellement le prix était élevé.
    Après cette passionnante visite, on a été boire un milk-shake à « Koshy’s bar », mais il n’était pas très bon. Puis, on est rentrés à pied jusqu'à l’hôtel.
    Le soir, on est retournés chez l’indien qui faisait la nourriture au bord de la rue et l’on a pris du fried rice (riz frit) que l’on a mangé avec nos doigts dans la chambre d’hôtel.
  

Vendredi 7 juillet :

    C’était notre dernière matinée à Bangalore. On a fait nos sacs et on les a laissés à l’accueil avec la clef de la chambre.
    On est partis à pied vers MG Road pour prendre le petit-déjeuner. Le ventre plein, on est allé dans les magasins puis on a été à Cubbon Park. Ce parc était vraiment très joli, très calme, on n’entendait plus le bordel de la ville alors qu’on était en plein dedans. On ne se croyait plus à Bangalore l’espace d’un instant. On se retrouvait entouré d’arbres, d’herbe verte, de petits écureuils. Le monde était quand même toujours là : des couples assis sur des bancs, des gens dormant sur des bancs, des gens marchant dans le parc… On a également testé les toilettes publiques. J’ai payé seulement 2Rs pour faire pipi dans des toilettes turques bien entretenues et Nico 1Rs pour faire pipi dans une pissotière (c’est moins cher pour les hommes !).
    Vers 12h30, on est retournés à l’hôtel chercher nos sacs puis on a pris un rickshaw qui nous a emmené à la gare. On avait encore une heure devant nous avant que le train ne parte. On a acheté des chips et des gâteaux pour notre déjeuner. On s’est installés à nos places dans le train. Les places étaient comme dans les bus, les unes derrières les autres. Les rangées comptaient deux places, une allée puis trois places. Les places étaient numérotées et Nico et moi n’étions pas assis du tout à côté, alors on a demandé gentiment aux autres passagers s’ils pouvaient changer de place et finalement on a pu se retrouver à côté. Nous nous sommes retrouvés assis du côté des trois places assises. J’étais contre la fenêtre. On avait les jambes toutes serrées par le siège qui nous faisait face. On n’était pas aussi à l’aise qu’en sleeper. Le wagon était plein.
    En attendant le départ, nous avons mangé nos chips et là, de l’autre côté de la fenêtre un vieil homme est venu me quémander à manger et il insistait, mais j’allais pas lui jeter des chips de par la fenêtre comme si j’étais un singe en cage qui aurait nourri le visiteur… Nos vivres étant réduites, je n’ai pu rien donner. L’homme qui me parlait dans un langage que je ne comprenais pas, me postillonnait dessus… Il a mis du temps à s’en aller.
    Le train a démarré à 14h30.
  
Partager cet article
Repost0
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 18:48
Mardi 4 juillet :

    5h30, réveil sur la couchette du train. Il faut ranger le drap de couchage et se rafraîchir un peu au lavabo des toilettes du train.
    A 6h30, après 9h30 de train (524Rs pour 2 soit 8,7€), nous arrivons à Bangalore.
    Bangalore est la capitale de l’Etat du Karnataka. Cette ville qui compte 5,7 millions d’habitants est en pleine croissance économique. C’est un vrai contraste avec les villes indiennes traditionnelles. C’est une ville en pleine expansion avec beaucoup de circulation, des boutiques branchées, et surtout de la haute technologie partout. Bangalore est en effet un centre de développement informatique. Comme toutes les grandes villes, des bidonvilles entourent Bangalore.
    Quelques kilomètres avant d’arriver à la gare, le train est passé à côté des bidonvilles. Les gens se levaient en même temps que le soleil et faisaient leur toilette à l’extérieur de leur maison de tôle. C’était la vraie misère.
    De la gare, on a pris un rickshaw qui pour 100Rs (1,6€) nous a amené sur MG Road (pour Mahatma Gandhi Road). Comme il était tôt, il n’y avait pas encore beaucoup de monde sur la route.
undefined


    On voulait trouver un hôtel proche de MG Road, le centre attractif de Bangalore. Le rickshaw nous a déposé puis à pied, avec nos gros sacs sur le dos, on a cherché un hôtel correct et pas trop cher. Cette rue regorge de magasins de grandes marques telles Reebok, Nike, Levis, Sony, etc. Les hôtels alentour étaient tous chers. On ne savait plus où aller et on avait mal aux pieds à force de marcher et là on a trouvé un chauffeur de rickshaw qui nous a proposé de nous trouver un hôtel peu cher en rickshaw. On a grimpé dans l’engin motorisé et il nous a emmené jusqu’à un premier hôtel qui n’était pas terrible puis le second, le « VT Lodge » nous a tout de suite convenu pour 400Rs la nuit (soit 6,6€). Le chauffeur de rickshaw ne nous a fait payer la course que 20Rs !
    La chambre comportait un grand lit double, une télé et une salle de bain. Derrière la tête du lit, une fenêtre coulissante donnait sur un mur avec entre les deux 20 centimètres d’espace pour laisser passer un peu de luminosité de la rue et le bruit…
    L’homme d’hôtel qui nous a accompagnés à la chambre nous a proposé de nous apporter le petit-déjeuner. On a tout de suite accepté car on avait dans le ventre que les biscuits de la veille. Il nous a apporté deux milk tea (thé au lait) et un dosa. Un dosa est une pâte à crêpe très fine à base de farine de riz fermenté et de farine de lentilles, cuite d’un seul côté sur une plaque très chaude. Il est servi doré et croustillant, roulé et farci de pommes de terre cuites avec des oignons et des feuilles de curry et accompagné de petits bols de sambar (dhal accompagné de dés de légumes et de purée) et de chatni (chutney). On a trempé le dosa dans les différentes sauces épicées. C’était vraiment délicieux même si trop épicé.
    Après ça, on s’est pris une bonne douche et l’on s’est posés sur le grand lit devant la télé. Il y avait entre autres comme chaîne « TV5 Monde » en français. Nico a rassemblé quelques affaires qui le gênaient plus qu’autre chose dans son sac depuis son départ de Toulouse, et qu’il voulait renvoyer en France. Notre mission : trouver une Poste. Premier problème : on ne savait pas où notre hôtel se situait sur le plan que l’on avait. Nico a déduit approximativement où l’on se trouvait. Rassurés, on est sortis de l’hôtel, sans même penser à demander à l’accueil de l’hôtel l’adresse de l’hôtel. A l’extérieur, c’est le choc ! Il y a du monde partout ! Des voitures à n’en plus finir ! Par  « voitures » j’entends véhicules de particuliers mais aussi, taxis, rickshaws, bus, motos, scooters, vélos… Et ça klaxonne, et ça klaxonne, à s’en casser les tympans ! Et surtout, ça klaxonne pour tout et n’importe quoi ! De plus, tous ces véhicules roulent très vite et pour traverser à pied, il faut être un brin courageux…
    On a tant bien que mal réussi à traverser la ville sans se faire écraser.
    On est passés devant le Vidhana Soudha qui renferme le Parlement et le gouvernement de l’Etat. Il ne se visite pas, mais il est vraiment très joli à voir !
 

IMG-1123.jpg
IMG-1125.jpg

    Pas, très loin de là se trouve l’imposant High Court (la Cour Suprême) tout en rouge.  IMG-1118.jpg
IMG-1124.jpg

 

    Grâce au plan et au magnifique sens de l’orientation de mon chéri, on est arrivés à la Poste. Très joli bâtiment de surcroît. Après avoir été trimbalés de bureaux en bureaux, Nico a enfin pu envoyer son colis de 2,5Kg pour 1200Rs (20€) qui a mis seulement deux semaines à arriver en France.
    Après cette première mission réussie, on a cherché un endroit où manger en se rapprochant de MG Road. Se fiant au Lonely Planet, on a été au « Koshy’s Restaurant » qui avait l’air sympa et pas trop cher selon les dires du guide. On entre. L’endroit est très chic. On nous installe. On ouvre le menu où des petits insectes avaient trouvé refuge entre les pages et dans les recoins de la couverture en cuir : bon appétit bien sûr… On jette un œil sur le contenu du menu en essayant de faire vite pour ne pas que les insectes se glissent sur la table. Et là surprise : les prix des plats sont très élevés… En effet, un plat ne coûtait pas moins de 150Rs (2,5€). Bon, le Lonely Planet nous avait indu en erreur. On a tout de même très bien mangé malgré les portions un peu justes.
On a pris steakpour moi et entrecôte pour Nico (c'était tout petit, mais délicieux), accompagné de quatre pauvres frites (très bonnes heureusement) et d’un petit tas de purée délicieux. L’addition a été salée : près de 400Rs (soit le prix de notre chambre d’hôtel : 6,6€).  
    On est ensuite allés voir les magasins et les petits centres commerciaux sur MG Road.
IMG-1127.jpg

    On a été dans deux librairies où l’on s’est achetés des livres en anglais et deux livres de Sudoku pour occuper nos heures d’attentes dans le train. Sur le bord de route, j’ai acheté un magazine « Marie-Claire » en anglais version indienne, très intéressant de découvrir comment en Inde ils parlent aux femmes des problèmes féminins, c’est un poil plus « light » que les magazines français, sinon c’est pareil.
    On a été dans un petit centre commercial très joli avec trois étages et un grand ascenseur de verre. On y a mangé une glace avec du chocolat fondu dessus, miam ! Je me suis achetée des écouteurs Sony pour 500Rs (8,3€) pour mon Ipod. Ce qui m’a énormément étonné, c’est qu’alors que les prix sont toujours bien inférieurs aux prix français, les Ipods coûtaient exactement le même prix qu’en France, c’est aussi pareil pour les vêtements de certaines marques qui étaient super chers, comme en France. Durant notre séjour et à Bangalore surtout, on a vu beaucoup de jeunes habillés avec des vêtements de marque, avec des vêtements occidentaux donc.
    A 18h, après avoir bien marché de magasins en magasins et en faisant un petit tour sur internet, on a tenté de rentrer à l’hôtel. Sur MG Road, on a demandé à plusieurs rickshaws de nous emmener à notre hôtel, mais soit ils ne connaissaient pas le « VT Lodge », soit ils nous demandaient 120Rs pour le trajet et sûrement ils ne connaissaient pas plus l’hôtel que les autres… Alors on est rentrés à pied, sans savoir où se trouvait exactement l’hôtel. On a marché, marché, marché. La nuit commençait à tomber. Proche de notre hôtel, comme on ne savait pas du tout quelle route prendre, on a demandé à un rickshaw de nous conduire et pour 30Rs il nous a amenés à bon port. Il y avait beaucoup de monde dans la rue de notre hôtel. Les klaxons nous ont suivis toute la journée, on n’avait plus de tympans à force ! On est vite montés dans notre chambre se reposer.
    A 22h, on a voulu aller manger mais les restaurants du coin étaient tous fermés. On a cherché de quoi manger dans la rue. Il y avait quelques petites boutiques où l’on pouvait trouver des paquets de chips, des bouteilles de soda et autres, mais se nourrir de chips ce n’est pas super… Et finalement on a trouvé un indien qui cuisinait dans une toute petite boutique au bord de la rue pour les gens. Il avait une grande poêle où il balançait du riz ou des noddles, des épices, des poivrons, etc.
    Il faisait sauter les aliments dans la grande poêle plusieurs fois et il mettait ça dans un sac plastique pour quelques roupies. C’était vraiment impressionnant la façon dont il maniait la poêle. On avait des noodles pour 2 dans le sac. On s’est pris des bananes, du pepsi et des chips à une petite boutique pour compléter. On a mangé notre dîner sur le lit devant la TV avec les doigts comme les indiens, puisqu’on n’avait pas de couvert…

Partager cet article
Repost0
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 21:11
Lundi 3 juillet :

    On devait quitter Hampi ce soir-là. On devait rendre la chambre le matin. Ainsi, vers 10h, on a fait nos sacs et on les a laissés au propriétaire de la guest house en même temps que les clefs de la chambre.
    Après avoir pris notre dernier petit-déjeuner au « Prince Restaurant », on est partis faire une petite promenade. Nico voulait me faire découvrir un superbe panorama d’Hampi en haut d’une colline. On a repris la grande avenue et presque au bout on a tourné sur la droite. On a commencé la montée de la colline qui était facilitée par des marches taillées dans le sol rocheux. Mais comme il pleuviotait, les marches devenaient glissantes… En plus de ce premier obstacle, j’ai été prise du vertige… Dur dur de monter… Cela a un peu énervé Nico qui lui, grand sportif, n’a peur de rien et aurait atteint le sommet en moins de deux minutes si je n’avais pas été là pour le ralentir. Surtout que plus on se rapprochait du sommet et plus c’était périlleux. Mais tous ces risques pris en valaient vraiment la peine. La vue au sommet était magnifique.


IMG-2177.jpg


    Ensuite, il a fallu redescendre… Dur dur de descendre… surtout quand on a le vertige et que le sol glisse.

    Sur la grande avenue, on est passé à côté de l'école du village, les enfants étaient en récréation et jouaient à l'extérieur.
undefined

    A 15h, on est allés prendre un milk-shake avec pancake et toast au Nutella sur le toit du « Gopi Restaurant ». Une heure après, les singes ont pris possession des alentours. Ils allaient de maison en maison, en s’accrochant partout, et même aux fils électriques. Une dizaine de singes se sont mis sur la terrasse de la maison voisine au « Gopi Restaurant » et ils ont fait vraiment n’importe quoi ! Plusieurs sont entrés dans la chambre en passant par la fenêtre ouverte et ils ont sorti quelques objets dont un flacon qui contenait on ne sait trop quoi, peut-être de l’alcool,  et ils l’ont porté à la bouche pour goûter. Ils ont fait plein de bêtises et même lorsque le propriétaire est monté les chasser, ils n’ont pas bronché. Vraiment trop rigolo ces petits singes.



    A 17h30, on est allés visiter une dernière fois le temple Virupaksha, je voulais revoir l’éléphante Lakshmi. Dans tous les temples hindous, il faut enlever les chaussures pour pouvoir y pénétrer. Pieds nus, on a visité le temple et l'on a revu l’éléphante.
    Lors de sa première visite d'Hampi sans moi, Nico avait assisté au bain matinal de Lakshmi.
undefined
undefined
undefined

    A 18h, on était de retour au « Rocky Guest House ». On a repris nos sacs et on a attendu le rickshaw qui, le jour de notre arrivée à Hampi, nous avait donné rendez-vous pour qu’il nous ramène à la gare ce jour-là à 18h. Et bien, il a été plus que ponctuel ! A 18h pile, il était là. On a fait le chemin inverse que l’on avait fait cinq jour avant et j’avais toujours aussi peur. Je voyais dans le rétroviseur le chauffeur complètement hilare de me voir blanc comme un linge. Arrivés à la gare de Hospet, le chauffeur s’est moqué gentiment de moi en disant qu’il avait adoré voir ma tête effrayée… Sympa…

    Il était 18h30 et notre train pour Bangalore devait arriver en gare à 19h30. On allait faire un voyage en train de nuit. J’appréhendais un peu.
    A 20h, le train est arrivé. Le wagon était plein. On s’est installés à nos places. On avait à nos côtés un couple d’américain et une famille indienne. Pour le début du trajet, avec Nico, on partageait les deux banquettes avec la famille indienne, mais on allait occuper chacun une couchette pour la nuit.
    A un moment, un garçon qui devait avoir un peu plus de 15 ans est venu quémander quelques roupies ou quelque chose à manger. Le pauvre garçon était infirme, il lui manquait un pied et un bras. Le père de famille lui a donné les restes de son repas. Ça fait vraiment mal au cœur de voir ces jeunes infirmes réduits à la mendicité, en France ils sont pris en charge par l’Etat et n’ont pas à faire la manche.
    Après avoir grignoté un peu quelques chips et biscuits (faible repas), Nico et moi avons grimpé chacun sur les deux plus hautes couchettes. Avec les boules quiés dans les oreilles on a pu réussir à dormir. Sans, ça aurait été un peu impossible tellement le train faisait de bruit !

Partager cet article
Repost0
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 19:55
Dimanche 2 juillet :

    C’est notre avant dernière journée à Hampi ; nos billets de train sont réservés pour le lundi soir.
Programme de la journée : visiter tous les temples en vélo.
    A 11h30, on est allés au « Prince Restaurant » pour un petit-déjeuner-repas avec cheese omelett (omelette au fromage) et toasts pour Nico, pâtes à la tomate pour moi et un pancake au Nutella pour nous deux.
    Un peu avant 14h, on a loué deux vélos à 30Rs (0,5€) pour aller visiter les temples. La location de vélo est vraiment basée sur la confiance, parce que le vélo est prêté sans signer quoi que ce soit ou laisser quelque chose en échange, on pourrait très bien ne jamais revenir rendre le vélo.
    On a parcouru 8km environ à vélo de temples en temples. Ce fut très agréable car quelques gouttes de pluie sont tombées au début et un peu durant notre parcours, ça a fait un peu de fraîcheur, parce qu’on n’aurait pas supporté de rouler sous le soleil de plomb, même s’il faisait tout de même encore fort chaud.
    On a d’abord vu le Krishna Temple avec des singes sculptés sur les piliers extérieurs.
IMG-1783.jpg

    Ensuite, on a été voir le Colosse de Narasimba avec son corps d’homme et sa tête de singe.
IMG-1779.jpg


    Après avoir bien pédalé, on est arrivés au temple souterrain de Virupaksha. Puis, après avoir visité, on a continué et on a vu un endroit où tout tombait en ruine, on est quand même monté dans une tour, seul édifice qui était en assez bon état. Au fond du terrain, il y avait une mosquée, pas en très bon état.
    On a repris nos bicyclettes et on les a reposées quelques minutes après pour visiter le Hazara Ramachandra Temple. C'est un très bel édifice bien conservé avec plein de sculptures de toutes sortes sur les murs. Puis, on est remontés sur nos montures et on est allés au nord avant de reprendre vers le sud. On a visité l’Enceinte du Zénana mais pour y accéder il a fallu débourser 250Rs chacun (soit 4€ chacun) car on est étrangers ; les indiens ont le droit d'y pénétrer pour 10Rs seulement.
Derrière la grande porte de l’entrée, un grand jardin avec des édifices par ci, par là. Le plus intéressant à voir parce que le plus beau est le Lotus Mahal. Son architecture est une fusion des styles hindou et musulman.
IMG-2147.jpg


    En continuant, on tombe sur les étables des éléphants. Il s’agit d’un immense bâtiment aux salles voûtées où résidaient autrefois les éléphants royaux.
    On a repris nos vélos et l’on est repartis vers le sud pour voir le Bain de la Reine. Il s’agissait de l’immense baignoire de la Reine du temps des Maharajas, une grande piscine carrée en pierre, moi je veux la même piscine ! Vraiment trop trop belle.
    Puis, on est revenus vers Hampi Bazaar. Sur la route, je me suis faite arrêter par un groupe d’enfants qui ne voulait plus me laisser partir, c’est qu’ils n’en voient pas souvent des filles françaises, à la peau blanche et aux cheveux blonds. Les petites filles n’arrêtaient pas de me faire des compliments en anglais. J’ai quand même réussi à m’extirper de mes jeunes fans au bout de quelques minutes. Ensuite, avec Nico, sur la route, on n’arrêtait pas de klaxonner avec notre petite sonnette pour imiter les indiens qui klaxonnent tout le temps quand ils roulent et que ça nous rend fou ! On s’est bien amusés à klaxonner à notre tour sur la route vide. Arrivés sur la grande avenue d’Hampi Bazaar, on devait reprendre le chemin que l’on avait parcouru la veille mais dans le sens inverse. Comme on savait que le sol était fait de rocher et que des marches nous attendaient, on a laissé nos vélos au début du chemin et l’on a continué à pied. Au lieu de tourner vers le chantier archéologique, on a continué tout droit jusqu’au temple de Vittala. L’entrée à l’Enceinte du Zénana nous donnait droit à visiter le temple de Vittala. Ce temple du XVIe siècle est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. Il s’agit d’un ensemble de temples aux colonnes superbement sculptées avec des représentations de divinités et d’animaux. Au centre, se trouve un char à roue en pierre avec à l’intérieur la statue de Garuda.
undefined

IMG-2167.jpg


    C’est par cette merveilleuse visite que s’est terminée notre visite des temples d’Hampi.
    En revenant vers Hampi Bazaar à pied, on a croisé une famille de singes qui s’amusait sur un gros rocher à côté de la rivière. Après les avoir regardé quelques instants, on a repris notre marche et c’est là qu’un petit singe s’est approché de Nico. Nicolas était en short et ses poils de jambes ont attiré le petit singe qui a dû penser trouver là un congénère. Le petit singe a touché la jambe de Nico et a soulevé un peu le bas du short puis il est reparti. C’était trop drôle à voir.


Partager cet article
Repost0